EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

L'ONU craint une épuration ethnique dans le Kasaï

L'ONU craint une épuration ethnique dans le Kasaï
Tous droits réservés 
Par Joël Chatreau
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié
PUBLICITÉ

L’ONU confirme ses craintes d’une épuration ethnique en cours dans le Kasaï, une région centrale de la République démocratique du Congo, et redoute qu’elle prenne encore plus d’ampleur. Le nombre de victimes, établi dans un rapport publié ce vendredi, est déjà inquiétant : elles sont environ 250 pour le moment, dont une soixantaine d’enfants.

#RDC : plus de 250 personnes dont des enfants victimes d’exécutions dans le #Kasaï. Interview UNHumanRights</a> - <a href="https://t.co/xjbLgkZqEL">https://t.co/xjbLgkZqEL</a> <a href="https://t.co/uTaENakgAe">pic.twitter.com/uTaENakgAe</a></p>— UN Geneva (UNGeneva) August 4, 2017

Une équipe d’enquêteurs du Haut Commissariat des droits de l’Homme s’est rendue sur place et a découvert des dizaines de charniers dans la région. Selon elle, ces exécutions sommaires ont été perpétrées récemment, entre la mi-mars et la mi-juin. Les agents des Nations unies accusent clairement le pouvoir congolais du président Joseph Kabila d’être en partie responsable des massacres.

Les ethnies Luba et Lulua persécutées

Les milices de tout bord sont également soupçonnées, l’ONU se fonde sur des témoignages de survivants qui ont fui en Angola, le pays voisin au sud. Certains ont parlé de “cris de personnes brûlées vives (…) de leurs proches traqués puis abattus, et de leur propre fuite, terrorisés”, a déclaré le Haut-commissaire aux droits de l’Homme, Zeid Ra’ad al Hussein.

#RDC#Angola#Kasai : principaux responsables des violences ds territoire Kamonia : Bana Mura (150 tués), Kamuina Nsapu (70), Fardc (22) pic.twitter.com/yHAbOnUm6s

— Sonia Rolley (@soniarolley) August 4, 2017

Des civils des ethnies Luba et Lulua seraient spécialement visés, ce qui fait penser à une épuration. Une milice du nom de Bana Mura, formée au printemps dernier, est montrée du doigt, les Nations unies accusent même les autorités congolaises d’armer cette milice. Face à une situation si grave, le Haut-commissaire dit avoir adressé un “avertissement très sérieux (au gouvernement) afin d’agir sans délai pour empêcher que cette violence ne bascule dans un processus de purification ethnique à plus grande échelle”.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : au moins 13 morts dans les manifestations au Kenya

Malawi : des débris de l'avion militaire transportant le vice-président ont été retrouvés

Les Îles Canaries face au défi migratoire