PUBLICITÉ

L'Elysée définit le rôle de Brigitte Macron

L'Elysée définit le rôle de Brigitte Macron
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Pour la première fois, une "charte de transparence" clarifie le statut de la Première dame française.

PUBLICITÉ

Pas de rémunération, pas de statut officiel, pas de budget pour Brigitte Macron. L’Elysée a publié ce lundi sa “charte de transparence” sur le rôle de la Première dame Française.

Le texte prévoit que Brigitte Macron soit épaulée de deux assistants et d’un secrétariat (dont le personnel n’est pas précisé), financés sur le budget de la présidence.

Le président Macron pourra charger son épouse de “missions”, qui seront rendues publiques tout comme l’agenda et le bilan de ses actions.

Les actions menées par l‘épouse du président pourront être menées dans les domaines de l’environnement, de l’enfance, du handicap ou encore de la culture. Soit avec d’autres époux de chefs d’Etat, soit avec des personnalités de la société civile.

Brigitte Macron reste bien sûr en charge de représenter la France aux côtés de son mari et de superviser l’organisation des réceptions officielles au palais de l’Elysée.

Rien de gravé dans la roche

Cette initiative est une première en France. Le candidat Macron avait souhaité mettre fin à “l’hypocrisie française“ sur le rôle de la preimière dame, jusqu’ici informel et en conséquence peu transparent.

Mais l’annonce du futur président a fait grincer des dents. Une fois élu, une pétition pour le statu quo a réuni plus de 315 000 signatures.

L’Elysée, qui a donc refusé de faire passer une loi, évoque ce lundi “un engagement“. Il ne concernera pas les successeurs de Brigitte Macron.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Gabriel Attal : le plus jeune Premier ministre français

Plus de 600 kilos de cannabis saisis à la frontière franco-espagnole

Sénatoriales : stabilité à droite, revers macroniste et retour du RN