EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Coupables d'avoir voulu renfermer un Noir vivant dans un cercueil

Coupables d'avoir voulu renfermer un Noir vivant dans un cercueil
Tous droits réservés 
Par Joël Chatreau
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
PUBLICITÉ

L’affaire a des relents d’Apartheid et divise une nouvelle fois la société sud-africaine. Deux jeunes fermiers blancs ont été reconnus coupables de “tentative de meurtre, d’enlèvement et d’agression” à l’encontre d’un jeune Noir. En 2016, Willem Oosthuizen et Theo Martins Jackson avaient essayé de renfermer vivant Victor Mlotshwa dans un cercueil, poussant le sadisme jusqu‘à le menacer de jeter un serpent dans la caisse.

2 white South African farmers found guilty in #CoffinAssault case.. https://t.co/FS7TPLJmrIpic.twitter.com/qmw2D4TGbt

— Adeola Fayehun (@AdeolaFayehun) August 25, 2017

Les agresseurs, qui ont comparu ce vendredi devant le tribunal de Middelburg, dans la province du Mpumalanga, au nord-est du pays, ont eu également l’idée perverse de filmer leur méfait, ce qui les a perdus. Une première vidéo a circulé sur internet; oh, elle n‘était pas longue, 20 secondes, mais suffisante pour montrer le calvaire enduré par la victime. L’un des fermiers lui presse le couvercle du cercueil sur la tête, tandis que Victor Mlotshwa se débat et gémit.

Les deux fermiers blancs accusés :

#CoffinAssault Willem Oosthuizen and Martins Jackson found guilty on six of the seven charges against them. #SABCNewspic.twitter.com/C79QRePkzV

— Abongile Dumako (@AbongileDumako) August 25, 2017

"S'il vous plaît, ne me tuez pas"

Une deuxième vidéo a été diffusée par surprise au cours de l’audience. La salle était bondée et ceux qui ont assisté au procès ont pu voir sur les images le jeune Noir supplier : “S’il vous plaît, ne me tuez pas”. Et l’un des tortionnaires de répondre : “Pourquoi pas, quand vous tuez nos fermes”. Les deux prévenus ont néanmoins plaidé non coupable.

La victime, Victor Mlotshwa, et sa mère :

The victim, Victor Mlotshwa with his mother next to him. #CoffinAssaultpic.twitter.com/F9n5LnahYs

— Koketso Dlongolo (@Kokid8) August 25, 2017

Devant le tribunal, des jeunes militants du parti au pouvoir, le Congrès national africain (ANC), ont brandi des panneaux sur lesquels était écrit “La vie des Noirs compte”. “La justice a prévalu. Il n’y a pas de place pour les racistes en Afrique du Sud”, a pour sa part réagi le principal parti d’opposition, l’Alliance démocratique. Bien au contraire, les familles des accusés ont dit être choquées par la décision des juges.

La manifestation de membres de l’ANC :

A handful of ANC supports have gathered outside ahead of the judgement. #CoffinAssaultpic.twitter.com/PicFh8bQO1

— Koketso Dlongolo (@Kokid8) August 25, 2017

Des représentants de l’Alliance démocratique :

DA welcomes guilty verdict in #CoffinAssault case https://t.co/M5uWm0kifhsmmogola</a> <a href="https://t.co/uVHpyANW3I">pic.twitter.com/uVHpyANW3I</a></p>— DA Mpumalanga (DA_Mpum) August 25, 2017

Voilà qui résume bien la réalité dans ce pays, alors que 23 ans sont déjà passés depuis la fin officielle du régime ségrégationniste de l’Apartheid. Les attaques racistes contre les Noirs persistent, spécialement dans les zones rurales, et la minorité blanche dispose toujours d’une bien meilleure situation économique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

No Comment : en Afrique du Sud, une violente tempête fait au moins 11 morts

Afrique du Sud : l'ANC perd sa majorité absolue dans une élection historique

L’athlète sud-africain Oscar Pistorius a été libéré de prison sous condition, il est rentré chez lui