Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Rex Tillerson : "le président Trump parle pour lui-même"

Rex Tillerson : "le président Trump parle pour lui-même"
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Le secrétaire d’Etat américain Rex Tillerson a pris dimanche la défense des “valeurs” américaines après la controverse née des propos de Donald Trump sur les violences racistes de Charlottesville, qu’il a clairement refusé de reprendre à son compte. “Je ne pense pas que quiconque puisse douter des valeurs du peuple américain ou de la détermination du gouvernement américain” à “défendre ces valeurs”, a-t-il déclaré lors de l‘émission télévisée Fox News Sunday. Prié de dire si cela valait aussi pour “les valeurs du président”, le chef de la diplomatie américaine, visiblement mal à l’aise, s’est borné à répondre: “le président parle pour lui-même”.

A Charlottesville, en Virginie, une manifestation de militants de plusieurs franges de l’extrême droite américaine (Ku Klux Klan, néonazis, suprémacistes blancs) a dégénéré le 12 août lorsqu’une femme de 32 ans a été tuée par un sympathisants néonazi qui a intentionnellement percuté des contre-manifestants antiracistes avec son véhicule. Donald Trump avait provoqué un tollé en affirmant que la responsabilité des violences devait être recherchée des deux côtés et qu’il y avait “des gens très bien” dans les deux camps.

Rex Tillerson, d’ordinaire discret sur la scène politique intérieure, n’a pas explicitement dénoncé ces déclarations. Mais il a préféré renvoyer à un discours prononcé alors que les Etats-Unis étaient en pleine polémique, semblant se démarquer des propos présidentiels. “J’ai fait mes propres commentaires dans un discours au département d’Etat”, a-t-il glissé. Devant des étudiants, le secrétaire d’Etat avait alors, le 18 août, vivement “condamné le racisme et le fanatisme sous toutes leurs formes”. “La haine n’est pas une valeur américaine”, avait-il martelé. Citant Abraham Lincoln, qui “savait” que “les tensions raciales font partie de notre expérience en tant que nation”, comme “nous le constatons encore tristement aujourd’hui”, il avait appelé les Américains à “panser leurs plaies”.

L’influent conseiller économique en chef de Donald Trump, Gary Cohn, a critiqué le président cette semaine, jugeant qu’il devait “mieux faire” pour condamner les supémacistes blancs. Et la vague d’indignation a dépassé les frontières américaines, un comité de l’ONU chargé de lutter contre le racisme ayant notamment émis un “premier avertissement” formel à propos de la situation aux Etats-Unis. “Nous exprimons les valeurs américaines depuis le département d’Etat. Nous représentons le peuple américain, leur attachement à la liberté et à l‘égalité entre le personnes du monde entier, et ce message n’a jamais changé”, a insisté dimanche Rex Tillerson.

Avec AFP