Tusk : "Pas de progrès suffisants" sur le Brexit

Tusk : "Pas de progrès suffisants" sur le Brexit
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

En visite à Londres, le président du Conseil européen a dit aprécier le ton plus constructif adopté par Londres mais regretter son manque de concessions.

PUBLICITÉ

Une fois n’est pas coutume, on parlait Brexit, au 10 Downing Street : ce mardi, Theresa May s’est entretenu avec le président du Conseil européen Donald Tusk.

Si ce dernier a dit apprécier le ton plus constructif adopté par Londres depuis le discours de Theresa May à Florence, il regrette toujours le manque de concessions des Britanniques lors des négociations.

Cela montre que la philosophie d’avoir le beurre et l’argent du beurre arrive à sa fin. Du moins je l’espère“ a déclaré le Polonais au sujet du discours plus modéré de Theresa May, un temps chantre du “Hard Brexit”.

Insuffisant donc, pour passer à la prochaine phase des discussions sur la future relation entre l’UE et le Royaume-Uni. “_Je dirais qu’il n’y a pas encore de progrès suffisants, mais nous y travaillerons”, a conclu le président du Conseil européen.

Today I’d say there is no “sufficient progress” yet. But cautiously optimistic about Theresa_May</a> constructive, more realistic <a href="https://twitter.com/hashtag/Brexit?src=hash">#Brexit</a> tone. <a href="https://t.co/7qq3Xtq2dJ">pic.twitter.com/7qq3Xtq2dJ</a></p>— Donald Tusk (eucopresident) 26 septembre 2017

À Bruxelles, le quatrième round de négociations a démarré lundi. Les Européens ont fixé leurs trois priorités : la facture du divorce, les droits des citoyens européens, et la frontière irlandaise.

Ce n’est qu’une fois ces questions réglées que Bruxelles acceptera de débattre les futures relations, notamment commerciales, entre les deux parties.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Irlande du Nord : après deux ans de tumultes, le parlement va reprendre du service

Irlande du Nord : vers une levée du blocage des institutions

Le gouvernement britannique accusé de faire peur aux citoyens de l'UE pour qu'ils quittent le pays