La centrale nucléaire du Tricastin à l'arrêt

La centrale nucléaire du Tricastin à l'arrêt
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le gendarme du nucléaire ordonne l'arrêt provisoire de la centrale.

PUBLICITÉ

La fermeture provisoire est faite à la demande de l’Autorité de sûreté nucléaire, pour les quatre réacteurs de la centrale située dans la Drôme. L’ASN, le gendarme du nucléaire, estime qu’une digue, située au nord de l’installation, est trop fragile. Une partie de la digue du canal Donzère-Mondragon pourrait cèder en cas de tremblement de terre très puissant. EDF compte renforcer la digue sous un mois, et redémarrer l’installation en novembre.

Décison de l’ #ASN de fermer les 4 réacteurs de #Tricastin – Greenpeace avait dénoncé ce problème depuis longtemps https://t.co/KaErQwW30Cpic.twitter.com/UTUMBAcXdX

— Rousselet Yannick (@plutonyck) 28 septembre 2017

L‘électricien juge cette décision injustifiée, et compte tenu de cet arrêt imposé, le groupe est contraint de revoir à la baisse ses prévisions de production d‘électricité nucléaire pour cette année.
Elle sera désormais comprise entre 385 et 392 térawattheures, contre entre 390 et 400 TWh.

[ACCÈS LIBRE] Preuve que le risque nucléaire est bien là, EDF est sommé par l’ASN d’arrêter la centrale du Tricastin https://t.co/G5TKWfFzdopic.twitter.com/9VMBI5Hf8g

— Politis (@Politis_fr) 28 septembre 2017

Centrales nucléaires “Il faut fermer celles qui posent le plus le problème : Fessenheim, Bugey, Tricastin et Gravelines” Yannick Rousselet pic.twitter.com/6TJ1yMpS91

— franceinfo (@franceinfo) 28 septembre 2017

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La France confirme son engagement sur une décrue du nucléaire

Tchernobyl s'offre un nouveau sarcophage

L'incident de Fessenheim a-t-il été sous-estimé ?