DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Catalogne : ces puissantes associations qui soutiennent l'indépendance

Vous lisez :

Catalogne : ces puissantes associations qui soutiennent l'indépendance

Catalogne : ces puissantes associations qui soutiennent l'indépendance
Taille du texte Aa Aa

En ordonnant lundi soir le placement en détention préventive des dirigeants des deux plus grandes associations indépendantistes en Catalogne, une juge espagnole a pris le risque de braquer un peu plus les partisans de la sécession.
Jordi Cuixart, le président de l’association Omnium Cultural et Jordi Sanchez, le président de l’Assemblée nationale catalane (ANC) sont accusés de sédition pour avoir notamment encouragé, le 20 septembre dernier, des manifestations contre la Garde civile espagnole.


L’annonce de la décision du juge a immédiatement entraîné une vague de protestation sur les réseaux sociaux et une première manifestation de soutien a eu lieu mardi midi pour réclamer la libération des deux “prisonniers politiques”.

Mais que représentent Omnium Cultural et l’ANC ?
Les deux associations, qui revendiquent près de 100 000 adhérents, jouent un rôle clé en Catalogne.
Omnium est la plus ancienne association citoyenne et culturelle de la région. Fondée en 1961 pour promouvoir la langue catalane dont l’usage avait été banni par le dictateur Franco, Omnium est d’abord soutenue par des mécènes appartenant au patronat local.
C’est en 2012, qu’Omnium s’inscrit ouvertement dans une démarche partisane en vue de participer au “processus de libération nationale”, a expliqué Jordi Cuixart à l’AFP. Mais d’affirmer que son association n’était “ni le porte-parole du gouvernement catalan, ni celui de la société civile, cela serait trop présomptueux”, a-t-il déclaré avant sa mise en détention.

Les médias espagnols se sont intéressés à la gestion financière d’Omnium. Selon le journal ABC (conservateur), l’association serait largement subventionnée par la Généralité, l’organe exécutif catalan. ABC avance le chiffre de 20 millions d’euros de subventions sur plusieurs années (entre 1 et 2 millions par an). Omnium vivrait également des souscriptions de ses adhérents (3 millions d’euros en 2014, 1,8 million en 2015 et 1,6 million en 2016). Richement pourvue, l’association serait à la tête de quelque 8,3 millions d’actifs.

De son côté, l’ANC demeure un mouvement beaucoup plus récent. Apparue en 2011, l’assemblée nationale catalane, aurait été fondée en 2009, selon Guillerm Martinez, auteur du livre « Le grand espoir » (« La Gran illusion »). C’est à cette date que la petite ville catalane d’Arenys de Munt avait organisé son premier scrutin réclamant l’indépendance de la Catalogne.
La gestion de cette association reste en revanche plus mystérieuse. Selon ABC, l’ANC ne publie pas ses comptes. Seule certitude, elle serait à la tête à la tête de 2,7 millions d’actifs. Elle ne recevrait aucune subvention publique et ses revenus seraient liés à la vente de ‘goodies’ aux couleurs de la Catalogne.

Véritables leviers d’influence, les deux associations sont depuis des mois la cible des critiques de l’Etat espagnol.
Ce récent message de Mariano Rajoy sonnait d’ailleurs comme une menace : “L’ANC et Omnium ont promu et contrôlé un référendum illégal”, avait souligné le chef du gouvernement.


Avec Agences