PUBLICITÉ

L'extrême-droite pourrait revenir au gouvernement en Autriche

L'extrême-droite pourrait revenir au gouvernement en Autriche
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le pays renouvelle son parlement ce dimanche. Le FPÖ se classe deuxième dans les sondages, après dix ans de coalition gauche-droite.

PUBLICITÉ

Le visage de l’exécutif autrichien devrait changer ce weekend.

Le pays de près de 9 millions d’habitants est appelé aux urnes dimanche pour des législatives qui devraient redistribuer les cartes dans la composition du gouvernement, après dix ans de coalition gauche-droite.

Finie la période de grâce pour le chancelier social-démocrate Christian Kern, dont le parti n’est crédité que d’un quart des voix dans les sondages.

Un peu plus d’un an et demi après son arrivée au pouvoir, le leader du SPÖ peine à convaincre et pâtit de révélations en cascade. Dernière en date : une campagne de dénigrement visant Sebastian Kurz, son rival conservateur, et orchestrée en sous-main par l’un de ses collaborateurs.

Sebastian Kurz veut devenir le plus jeune dirigeant de l'Union européenne

A 31 ans, le jeune ministre des Affaires étrangères apparaît, lui, comme le favori du scrutin.
Sebastian Kurz s’impose comme l’emblème du renouveau en Autriche. Son parti, l‘ÖVP, pourrait récolter près d’un tiers des suffrages ce dimanche.

Vers un retour au pouvoir du FPÖ ?

Mais faute de majorité absolue, l’ÖVP devra s’allier à une autre formation politique. Scénario le plus probable : une coalition avec le FPÖ d’Heinz-Christian Strache.

Le parti d’extrême-droite a le vent en poupe et se place deuxième dans les sondages, après avoir récolté plus de 46% des voix au deuxième tour de la présidentielle en décembre.

Les deux partis ont déjà gouverné ensemble le pays au début des années 2000, lorsque Jorg Haïder était à la tête du FPÖ.

Depuis la formation a lissé son discours et son image, pas ses idées.
Le parti continue à dire que “l’islam n’a pas sa place en Autriche”.

Cécile Mathy avec AFP.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Autriche veut externaliser les demandes d'asile en Afrique

Des habitants de Vienne ont marché ce samedi contre le FPÖ, le parti d'extrême droite

Et le gagnant est...? Les socio-démocrates autrichiens se trompent de chef