PUBLICITÉ

Au Maroc, le procès du chef de la contestation ajourné

Au Maroc, le procès du chef de la contestation ajourné
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le procès de Nasser Zefzafi et d'une trentaine d'autres personnes arrêtées lors des manifestations du Rif a été reporté au 31 octobre

PUBLICITÉ

Le leader de la contestation dans la région du Rif, au Maroc, a brièvement comparu devant la cour d’appel de Casablanca, qui a aussitôt renvoyé le procès au 31 octobre. Sur les images de la télévision marocaine filmées avant l’audience, le box de l’accusé est encore vide. Nasser Zefzafi, 39 ans, est le tribun et le visage du mouvement social qui a agité cette région frondeuse entre novembre et juillet dernier.

Arrêté en mai, il est notamment accusé d’atteinte à la sûreté de l’Etat et risque la peine de mort. Une trentaine d’autres prévenus encourent quant à eux entre cinq et 20 ans de prison. Pour leurs soutiens, il s’agit ni plus ni moins de prisonniers politiques.

La contestation est née dans la ville d’Al Hoceima, après la mort d’une vendeur de poissons, broyé dans une benne à ordures alors qu’il s’opposait à la confiscation de sa marchandise. S’en sont suivis des mois de manifestations et de heurts avec les forces de l’ordre.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Nouvelles arrestations dans la région du Rif

Dans les coulisses du Trophée Hassan II, le tournoi de golf le plus prestigieux du Maroc

Au Maroc, les recherches continuent 6 jours après le séisme