DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La finance verte s'invite à la COP 23

Vous lisez:

La finance verte s'invite à la COP 23

La finance verte s'invite à la COP 23
Taille du texte Aa Aa

Aujourd’hui, l’expression de “finance verte” est de plus en plus utilisée. A Bonn, lors de la COP 23, la question de l’investissement des entreprises et du secteur industriel dans la lutte contre le changement climatique a été l’un des points majeurs des discussions. En parallèle des discussions uniquement politique et technique, de nombreuses rencontres ont porté sur le rôle que peut jouer le secteur privé et en particulier la finance.

Pour des entreprises il faut l’appuie du secteur financier pour changer les habitudes. Pour Elvira Lefting il est essentiel que les institutions financières participent à ce mouvement. Le Luxembourg veut utiliser son industrie financière pour promouvoir des projets écologiques et climatiques. Le pays a mis en place une plateforme “verte” pour les investisseurs. L’objectif est de réduire les risques pour les investisseurs. La Banque européenne d’investissement a participé à Bonn au lancement d’un nouveau Sustainable Stock Exchange initiative (un marché boursier équitable)

“Nous avons au Luxembourg 4.000 milliards d’avoirs sous gestion dans des milliers de fonds d’investissement. Nous sommes après les USA, la capitale mondiale pour les fonds d’investissement, donc on a un réservoir de capitaux privés énormes qu’il faut amener à investir partiellement dans des projets verts”, explique Pierre Gramegna, ministre des Finances luxembourgeois.

“Les gens pourraient vouloir investir dans des projets spécifiquement axés sur l’atténuation des changements climatiques, l’adaptation à ceux-ci, et pour c’est ça que nous avons développé les ‘obligations vertes’. Nous étions les premiers, il y a dix ans à en émettre. Nous sommes toujours aujourd’hui et de loin le plus gros émetteur ‘d’obligations vertes’ au monde”, rappelle Werner Hoyer, Président de la Banque européenne d’investissements.

L’institution financière européenne veut maintenir sa place parmi les leaders de la finance verte. Aujourd’hui, le marché des obligations “vertes”, a franchit le cap symbolique des 100 milliards de dollars