EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Tschüß Charlie !

Tschüß Charlie !
Tous droits réservés 
Par Cecile Mathy avec AFP, REUTERS
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Un après après sa première publication, Charlie Hebdo met fin à son édition allemande, faute de lecteurs.

PUBLICITÉ

Cette Une de Charlie Hebdo est désormais "collector"

On y voit Angela Merkel s'écriant "ça suffit", sous le titre "harcelée pendant un an".

C'est, en fait, la dernière Une de l'hebdomadaire satirique en Allemagne

Charlie Hebdo va cesser de paraître dans le pays, un an après avoir fait le pari de l'expatriation.

L'expérience tourne court, faute de lecteurs. 

Il fallait au magazine 10 000 lecteurs pour être rentable, un objectif qui n'aura donc pas été atteint.

"Ça n'a pas toujours été facile de vous comprendre, de même que ça n'a pas toujours été facile pour vous de nous comprendre", expliquent Gérard Biard et Minka Schneider, les rédacteurs en chef français et allemand, dans l'édito de ce dernier numéro.

La version allemande de l'hebdomadaire proposait avant tout une version traduite du journal français avec quelques pages dédiées à des caricatures de personnalités allemandes.

Ce sont les bons chiffres de ventes constatés Outre-Rhin ces dernières années qui avaient fait germé l'idée de cette édition. 1000 exemplaires du journal satirique s'y écoulaient chaque semaine.

Le numéro dit "des survivants", publié 7 jours après l'attentat du 7 janvier 2015 (qui a fait douze morts dont huit membres de la rédaction de Charlie Hebdo , avait lui été vendu à 70000 exemplaires Outre-Rhin.

Il reste deux semaines aux Allemands pour se procureur ce dernier exemplaire dans les kiosques.

Avec AFP.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Caricatures de Charlie Hebdo : protestations près de l’ambassade de France à Téhéran

Iran : un millier de manifestants à Lyon en soutien à la contestation

Attentats de Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher : le procès en appel