Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Israël-Palestine: Abbas n'acceptera "aucun plan" de paix américain

Israël-Palestine: Abbas n'acceptera "aucun plan" de paix américain
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Les Palestiniens n'accepteront "aucun plan" de paix proposé par les États-Unis au Proche-Orient après la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël, a déclaré vendredi à Paris le président palestinien Mahmoud Abbas lors d'une rencontre avec Emmanuel Macron. Avec l'annonce du président Donald Trump sur Jérusalem, "les Etats-Unis se sont disqualifiés eux-mêmes", a-t-il dit. "Ils ne sont plus un médiateur honnête dans le processus de paix", a-t-il martelé.

Mahmoud Abbas a par ailleurs vivement critiqué les menaces financières adressées par les Etats-Unis aux pays susceptibles de condamner leur position sur Jérusalem à l'ONU. "On ne peut pas imposer au monde des positions en utilisant l'argent. On ne peut pas payer des Etats en exigeant qu'ils adoptent une position politique donnée", a lancé le président de l'Autorité palestinienne.

Sur les 193 pays membres de l'ONU, 128 ont voté jeudi en faveur d'une résolution condamnant la reconnaissance par les Etats-Unis de Jérusalem comme capitale d'Israël, dont de nombreux alliés de Washington comme la France et le Royaume-Uni. Trente-cinq Etats, dont le Canada, le Mexique, la Pologne ou la Hongrie, se sont en revanche abstenus et 21 n'ont pas pris part au scrutin. Neuf pays - dont les Etats-Unis et Israël - ont voté contre.

Mahmoud Abbas a concédé par ailleurs que la réconciliation engagée entre les deux principaux groupes palestiniens, le Hamas et le Fatah, restait compliquée à mettre en oeuvre. "La réconciliation palestinienne, je le sais, est difficile. Il y a de nombreux obstacles mais nous sommes déterminés à poursuivre" dans cette voie, a-t-il noté. Il y va aussi de l'intérêt "pour la région et pour le monde", a-t-il souligné.

Aux termes d'un accord conclu sous le parrainage de l'Egypte, le Hamas devait transférer le 10 décembre le contrôle de la bande de Gaza à l'Autorité palestinienne reconnue par la communauté internationale.Mais cette échéance est passée et les islamistes conservent l'essentiel du contrôle de cette enclave.

Pour le président français, les États-Unis sont désormais "marginalisés" dans ce dossier. Affirmant que la diplomatie française faisait preuve d'un "esprit de méthode", le président Macron a écarté toute reconnaissance unilatérale par la France d'un État palestinien.

"Décider unilatéralement de reconnaître la Palestine est-il efficace ? Je ne crois pas. Car ce serait une réaction" à la décision américaine "qui a provoqué des troubles dans la région", a-t-il développé. "Je répliquerais une erreur d'un type pareil", a-t-il estimé, ajoutant qu'il n'allait "pas construire le choix de la France en réaction" à la politique américaine.