DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Il y a plus de glace que prévu sur Mars

Vous lisez:

Il y a plus de glace que prévu sur Mars

Des strates de glace ont été découvertes sur Mars
Taille du texte Aa Aa

Si l'existence de glace dans le sol martien est connue depuis longtemps, on en sait désormais un peu plus sur cette eau gelée. Des scientifiques ont analysé huit zones dans lesquelles l'érosion martienne a révélé des quantités importantes de glace près de la surface et... en dehors des zones polaires. Les résultats de cette étude ont été publiés jeudi dans la revue Science et sont le fruit de données recueillies par Mars Reconnaissance Orbiter, un satellite d'observation lancé en 2005 par la Nasa.

Première constatation : ces dépôts de glace sont bien plus nombreux qu'on ne le pensait et affleurent parfois à un ou deux mètres de profondeur seulement, ce qui en ferait de précieuses ressources potentielles d'eau, facilement accessibles, pour de futures missions humaines.

Deuxième observation : cette glace, qui paraît relativement jeune, pourrait aussi révéler l'histoire climatique de Mars qui reste à élucider.

Car les variations dans la couleur des dépôts de glace laissent penser qu'elle est formée de couches distinctes comme des sédiments datant d'époques différentes.

Ces strates se sont probablement formées avec l'accumulation de la neige au gré de nombreuses saisons lors de précédents cycles climatiques, explique Susan Conway, une géologue à l'Université de Nantes en France, citée dans Science.

Le vent a ensuite recouvert ces plaques de glace de sable et de poussière ce qui, selon elle, est "la seule explication plausible". Selon les chercheurs, chaque été martien la glace perdrait quelques millimètres d'épaisseur.

Ces stocks d'eau potentiels excitent les chercheurs car en combinant l'eau avec du dioxyde de carbone (CO2) - qui forme l'essentiel de l'atmosphère martienne - on peut produire de l'oxygène pour respirer ainsi que du méthane, un carburant pour les moteurs de fusée.

A ce stade, les sites observés ont été trouvés à des latitudes trop froides et donc trop inhospitalières pour espérer y implanter une base d'exploration. C'est la raison pour laquelle la Nasa veut limiter les recherches à des zones plus proches de l'équateur de Mars.

"J'espère que la prochaine surprise sera la découverte de grandes quantités de glace près de la surface du sol dans les régions tropicales martiennes", ajoute Scott Hubbard, professeur à l'Université Stanford à Palo Alto en Californie, ancien responsable du programme d'exploration de Mars de la Nasa.

Avec AFP