EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Nouvelle unité anti-missile russe en Crimée

Nouvelle unité anti-missile russe en Crimée
Tous droits réservés 
Par Julien Pavy
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Russie a déployé près de Sébastopol une deuxième batterie de missiles sol-air qui lui permet de couvrir désormais l'ensemble de l'espace aérien du territoire annexé en cas d'attaque de missiles.

PUBLICITÉ

La Russie a déployé près de Sébastopol une deuxième batterie de missiles sol-air en Crimée, qui va lui permettre de contrôler l'espace aérien au-dessus de la frontière avec l'Ukraine. L'ensemble du territoire annexé en 2014 par Moscou est désormais couvert en cas d''attaque de missiles.

L'ensemble de l'espace aérien de Crimée désormais couvert

*"Le lanceur de missiles S-400 permet de localiser des cibles à une distance maximale de 600 kilomètres. Si des missiles atteignent les frontières de la Crimée, nous pourrons clairement les détecter", *souligne Yevgeny Markelov, commandant du premier bataillon d'artillerie.

L'installation de cette unité de défense anti-aérienne "dernier cri" intervient dans un contexte de recrudescence des tensions, ce que confirme Dimitri Belik, membre du Parlement de Sébastopol :

"Nous avons constaté récemment des menaces plus fréquentes sur notre territoire, notamment une tentative d'attaque de drone sur notre base de Tartous en Syrie. Aujourd'hui, le déploiement de ce système de missiles S-400 rend impossible l'utilisation de drones, d'avions ou autres machines volantes ici en Crimée."

La réponse de Moscou à Washington ?

Ce déploiement intervient quelques semaines après que Washington a annoncé vouloir aider Kiev à renforcer sa défense aérienne pour assurer la souveraineté de son territoire.

De son côté, l'Union européenne a prolongé pour six mois supplémentaires les sanctions économiques contre la Russie.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Des députés européens appellent au boycott de la Coupe du monde