"L'UE reste ouverte" au Royaume-Uni (Tusk)

"L'UE reste ouverte" au Royaume-Uni (Tusk)
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président du Conseil européen a tendu une perche, en plein débat sur un possible nouveau référendum sur le Brexit.

PUBLICITÉ

La porte reste ouverte. C'est le message lancé par le président du Conseil européen aux Britanniques ce mardi.

Alors que l'option d'un nouveau référendum sur le Brexit a été écartée par Theresa May, Donald Tusk a encouragé au débat devant le Parlement européen à Strasbourg, en citant pour appuyer ses propos le ministre britannique en charge du Brexit David Davis.

"Si le gouvernement britannique maintient sa décision de partir le Brexit deviendra une réalité, avec toutes ses conséquences négatives, en mars de l'année prochaine. Sauf s'il y un changement d'avis de la part de nos amis britanniques. N'était-ce pas David Davis lui-même qui a dit que si une démocratie n'a pas le droit de changer d'avis, elle cesse d'être une démocratie ? Nous, sur le continent, n'avons pas changé d'avis. Nos cœurs sont toujours ouverts à vous" a déclaré le Polonais.

Donald Tusk rebondissait sur les propos de Nigel Farage, député européen britannique férocement pro-Brexit, qui a estimé la semaine passée qu'un second référendum au Royaume-Uni permettrait de se trancher sur la question une fois pour toute. 

Il a entre temps expliqué qu'il ne voulait pas de nouveau scrutin mais qu'il craignait que ce dernier soit imposé à ses concitoyens par le Parlement de Westminster.

Les propos de Farage ont été moqués ce mardi par Guy Verhofstadt, le référent Brexit au Parlement, selon qui il faut "formaliser l'accord de retrait le plus vite possible".

Européens et Britanniques sont parvenus le mois dernier à s'accorder sur les grandes lignes du divorce et doivent maintenant s'entendre sur la période de transition, sa durée et les obligations qui l'accompagneront.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'Union européenne menacée par l'ingérence russe

Un "Russiagate" au Parlement européen ? Des enquêtes sont en cours

L'Union européenne a-t-elle les moyens de ses ambitions ?