Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Le poids de l’UE au Proche-Orient

Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Ryad al-Malki
Le ministre palestinien des Affaires étrangères, Ryad al-Malki
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

L'Union européenne est le premier donateur de l'aide aux Palestiniens. Cette situation lui permet d'être un interlocuteur dans les négociations de paix. A travers différents programmes l'Union cherche à renforcer les structures étatiques mais aussi à développer les infrastructures utiles pour la société. Pour le ministre palestinien des Affaires étrangères les 28 doivent s'impliquer davantage sur le plan politique. "Du moment où les Etats-Unis ne sont plus considérés par les Palestiniens comme un médiateur c’est une opportunité pour l'Union européenne d'occuper cet espace et ce rôle", souligne Ryad al-Malki.

Toutefois le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a lancé un avertissement : "il n'y a pas d'alternative au leadership américain dans le processus de paix".

Ces propos sont rejetés avec fermeté par le diplomate palestinien. " Nous ne recevons aucune instruction de personne, et pas de Netanyahu. Nous observons la situation de notre perspective. Il a rejeté d'autres médiateurs au processus de paix, maintenant nous rejetons le fait que les Etats-Unis soient le seul médiateur du processus de paix", assure Ryad al-Malki.

Par le passé Washington a été considéré comme un médiateur neutre par les deux parties. Mais la reconnaissance par Donald Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël a provoqué la colère des responsables palestiniens. Dans ce contexte, la Russie veut elle aussi tirer son épingle du jeu.