EventsÉvènementsPodcasts
Loader

Find Us

PUBLICITÉ

La Grande-Bretagne face à la "menace russe"

La Grande-Bretagne face à la "menace russe"
Tous droits réservés 
Par Euronews avec AP-AFP-REUTERS
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le chef d'état-major britannique estime que la Russie "constitue une menace pour le Royaume-Uni" et réclame plus d'investissements pour les forces armées de son pays.

PUBLICITÉ

Et si la Russie constituait une réelle menace pour le Royaume-Uni ? C’est en tout cas ce que croit le chef d'état-major de l'armée britannique. Un point de vue qu’il a défendu à Londres lors d’une intervention dans un centre d'analyses spécialisé dans les questions de défense et de sécurité.

"Je pense que la Russie pourrait déclencher les hostilités plus tôt que prévu, et même bien plus tôt que nous le ferions nous dans les mêmes circonstances, probablement en activant l’article 5 de l’Otan afin d’affaiblir les capacités de l’organisation, ce qui mettrait en péril notre sécurité et la structure même de notre propre défense. La mission de l’ordre international est de prévenir et d’empêcher les divisions", a dit le Général Sir Nick Carter, le chef d'état-major de l'armée britannique

Sir Nick Carter a longuement détaillé les capacités militaires russes, vidéo à l'appui. Selon lui, des manœuvres militaires effectuées en 2017 par la Russie étaient des attaques simulées contre l'Europe du Nord, de Kaliningrad à la Lituanie. Des déclarations très directes et des arguments étayés, question de sécurité... De budget, aussi, puisque cette déclaration devrait renforcer la pression sur le gouvernement afin qu'il revoie à la hausse les investissements en matière de défense.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Royaume-Uni : Rishi Sunak annonce la tenue d'élections générales le 4 juillet

Charles III a déjà commencé un traitement contre son cancer

Irlande du Nord : Rishi Sunak et Leo Varadkar à Belfast pour "un jour historique"