DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Jour J pour former une coalition allemande

Vous lisez:

Jour J pour former une coalition allemande

Jour J pour former une coalition allemande
Taille du texte Aa Aa

Angela Merkel engage un ultime bras de fer avec les sociaux-démocrates dans l'espoir de former une coalition et de sortir l'Allemagne de l'impasse politique.

Cette fois, plus d'atermoiement possible. Après des semaines de valse-hésitation, de multiples reports ces derniers jours, les conservateurs de la chancelière et le SPD doivent trancher car ils se sont fixés la fin de cette journée comme date-butoir finale.

Depuis les élections en septembre, puis un premier échec pour former une coalition avec les Libéraux et les écologistes en novembre, Angela Merkel est réduite à expédier les affaires courantes et a vu son étoile pâlir sur la scène internationale. Pour espérer un quatrième mandat, elle doit arracher cet accord avec les sociaux démocrates de Martin Schulz. Un accord aurait été trouvé sur l'Europe, mais la santé et le marché du travail pose encore problème.

Schulz a assuré qu'un compromis avait été scellé "pour un budget d'investissement pour la zone euro", une proposition de Macron.

Le président du SPD a même proclamé "la fin du diktat des économies" budgétaires en Europe. Reste à voir ce que le contrat de coalition allemand dira précisément sur le sujet, si un accord est bien scellé.

Les conservateurs d'Angela Merkel redoutent qu'un tel budget aboutisse à ce que les pays rigoureux en matière de finances publiques payent pour les écarts des Etats laxistes. Un accord préliminaire conclu en janvier entre démocrates-chrétiens et sociaux-démocrates allemands ouvrait la porte pour la première fois à une ébauche de budget de la zone euro mais pour un montant limité.

Schulz a aussi évoqué un accord sur une "imposition juste" des "géants de l'internet Google, Apple, Facebook et Amazon en Europe".

Mais d'autres sujets chers au SPD continuent de poser problème : la réforme du système d'assurance santé pour réduire les inégalités entre assurés publics et privés, et l'encadrement strict des contrats de travail à durée déterminée. Sur ces points, les négociations restent compliquées.

En outre, les deux camps se disputent sur le montant des dépenses militaires dans les années à venir, alors que l'Allemagne est au sein de l'Otan sous pression des Etats-Unis de Donald Trump pour délier les cordons de la bourse.

Les sociaux-démocrates doivent à tout prix obtenir des concessions visibles, sous peine de voir leur base rejeter au final l'accord de coalition. Les 440.000 militants du parti auront le dernier mot lors d'un vote interne et ils restent très divisés.