DERNIERE MINUTE

Scandale sexuel en Haïti : démission à l'Oxfam

Scandale sexuel en Haïti : démission à l'Oxfam
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

La directrice adjointe d'Oxfam a annoncé sa démission ce lundi suite au scandale sexuel impliquant l'ONG en Haïti. Les faits remontent à 2011 alors que l'organisation intervenait sur l'île suite à un séisme dévastateur.

L'enquête du quotidien britannique The Times dévoile comment des responsables de l'ONG ont engagé de jeunes prostituées à Haïti lors d’une mission consécutive au séisme de 2010. Des soirées étaient organisées dans des maisons et des hôtels payés par Oxfam.

Oxfam dans la tourmente

"Ce qui s'est passé à Haïti ne convient pas à nos règles et à notre système actuel. Mais nous devons encore travaillé. Et je suis déterminée à nous améliorer, et en tant que responsables nous ne permettrons jamais que cela arrive de nouveau", a déclaré Winnie Byanyima, directrice exécutive d'Oxfam international.

Oxfam a assuré avoir lancé immédiatement, en 2011, une enquête interne. Quatre employés ont été licenciés et trois autres ont démissionné. Pour autant, le gouvernement britannique reproche à l'organisation de ne pas avoir transmis tous les détails des accusations contre ses ex-employés.

Enquête "complète et urgente"

Londres réclame désormais une enquête complète et urgente sur ces allégations qualifiées de "très graves". Oxfam reçoit "moins de 10 % de son financement total" du département britannique chargé du développement international, a fait savoir samedi son PDG, espérant continuer à travailler avec le gouvernement.

La Commission européenne a sommé aussi lundi les dirigeants d'Oxfam de "faire toute la lumière" sur cette affaire.

Menace sur les financements 

"Nous sommes prêts à cesser les financements aux organisations qui ne respectent pas les règles d'éthique", a annoncé une porte-parole de l'exécutif européen, qui est en charge des importants financements accordés par l'Union européenne au titre de l'aide humanitaire.

Oxfam au Royaume Uni a bénéficié d'1,7 million d'euros de financements européens en 2011, date des faits reprochés

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.