PUBLICITÉ

NotPetya : la Russie plaide non-coupable

NotPetya : la Russie plaide non-coupable
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La Russie s'est une nouvelle fois défendue, vendredi 16 février 2018, d'être à l'origine de l'attaque informatique d'ampleur internationale NotPetya, qui avait contaminé des ordinateurs dans le monde entier, en juin 2017. Les Etats-Unis et le Royaume-Uni ont réitéré jeudi leurs accusations.

PUBLICITÉ

La Russie n'a aucune responsabilité dans l'attaque informatique NotPetya de juin 2017, a réaffirmé, vendredi 16 février 2018, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Ce virus avait en particulier affecté l'Ukraine, manifestement une cible privilégiée par les hackers. Le site, sensible, de l'accident nucléaire de Tchernobyl avait été atteint, ainsi que l'aéroport de Kiev et le système d'information du réseau bancaire.

Des milliers d'ordinateurs avaient aussi été contaminés dans le monde entier, perturbant le fonctionnement d'infrastructures comme le port d'Amsterdam (Pays-Bas) ou d'entreprises multinationales, comme le laboratoire pharmaceutique américain Merck ou le spécialiste français des matériaux de construction Saint-Gobain.

Jeudi, les Etats-Unis avaient réitéré leurs accusations contre la Russie. Cette cyberattaque visait à "déstabiliser l'Ukraine et elle démontre l'implication de la Russie dans le conflit en cours", avait écrit la Maison-Blanche dans un communiqué. Dans le même esprit, le gouvernement britannique a estimé, par la voix de son ministre de la Défense, Gavin Williamson, et de son secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, Tariq Ahmad, que la Russie se positionnait "en opposition directe avec l'Occident", à qui elle avait déclaré la "guerre", et qu'elle voulait "saper la démocratie en faisant de l'information une arme".

Partager cet articleDiscussion