EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Suivez-nous
PUBLICITÉ

Catalogne : Carles Puigdemont maintient la pression sur Madrid

Catalogne : Carles Puigdemont maintient la pression sur Madrid
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Le président régional, destitué par Madrid et qui a renoncé jeudi à briguer la présidence de la Catalogne, a proposé Jordi Sanchez pour le remplacer. Il a également saisi un organisme de l'ONU pour faire reconnaître "la violation de ses droits" par le gouvernement espagnol.

PUBLICITÉ

Jordi Sanchez pourrait être le futur président de Catalogne. C'est en tout cas le souhait de Carles Puigdemont qui a renoncé ce jeudi à briguer lui-même la présidence de cette région.

Mais la "solution" Jordi Sanchez est presque aussi compliquée que la candidature Puigdemont. Sanchez est en détention provisoire près de Madrid depuis plus de quatre mois, pour "sédition", en lien avec une manifestation à Barcelone le 20 septembre.

Et Sanchez, pour qui Amnesty international a pris fait et cause en estimant que sa détention était "excessive", devrait aussi obtenir une permission du juge pour pouvoir participer à un débat d'investiture.

"Il se trouve que le candidat qui a été proposé a un problème avec la justice. Et nous savons de quoi nous parlons. Si la proposition concerne une personne qui se trouve en détention provisoire, c'est au juge d'instruction de décider si cette personne peut participer à une session d'investiture parlementaire", a déclaré Rafael Catalá, le ministre espagnol de la Justice.

Malgré son renoncement qu'il espère provisoire, Carles Puigdemont continue de maintenir la pression sur Madrid. Son avocat a confirmé avoir saisi le Comité des droits de l'Homme de l'Onu pour faire reconnaitre "la violation de ses droits" par le gouvernement espagnol.

Son avocat a également menacé de saisir chaque mois une nouvelle juridiction internationale si Madrid refusait d'engager de "véritables négociations".

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Puigdemont renonce à briguer la présidence catalane

Madrid : si bien déguisé en Puigdemont que la police veut le coffrer

100 jours d’exil pour Carles Puigdemont