DERNIERE MINUTE
This content is not available in your region

Affaire Skripal : l'ambassadeur russe auprès de l'UE embarrassé

Affaire Skripal : l'ambassadeur russe auprès de l'UE embarrassé
Taille du texte Aa Aa

Au siège bruxellois de l'OTAN, Boris Johnson a eu le soutien escompté. Le chef de la diplomatie britannique attendait une déclaration forte du secrétaire général de l'Alliance Atlantique sur l'affaire Skripal. Ce dernier a dénoncé une "violation inacceptable des règles internationales", pointant clairement du doigt la Russie.

"Les attaques de Salisbury ont été les premières au cours desquelles un gaz innervant a été utilisé sur le territoire de l'Alliance atlantique, a déclaré Jens Stoltenberg au cours d'une conférence de presse conjointe avec Boris Johnson. La réponse de la Russie jusqu'à présent a montré son indifférence manifeste pour la paix et la sécurité internationale. Nous continuons à appeler la Russie à révéler la totalité de son programme "Novichok" à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques."

Interrogé par Euronews, l'ambassadeur russe auprès de l'Union européenne a pour sa part peiné à justifier une déclaration précédente dans laquelle il laissait entendre que l'arme chimique utilisée dans l'attaque contre l'ex-espion russe et sa fille aurait pu provenir d'un laboratoire britannique.

Euronews : "Vous avez dit que l'agent innervant utilisé dans l'attaque aurait pu venir d'un laboratoire britannique, quelle preuve avez-vous de cela ?"

Vladimir Chizhov, ambassadeur russe auprès de l'UE : "J'ai dit, lorsque j'en ai parlé, que je n'en avais pas la preuve. Je ne l'ai pas et mon gouvernement n'a aucune preuve de l'utilisation d'un quelconque gaz innervant."

Euronews : "Alors pourquoi avoir dit qu'il aurait pu provenir d'un laboratoire au Royaume-Uni ?"

Vladimir Chizhov : "J'ai simplement mentionné la proximité géographique du centre militaire de Porton Down, qui se trouve à huit miles du lieu de l'attaque. C'est beaucoup plus proche que Moscou par exemple."

Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.