DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Mal logés et sans-abri : un mal européen

Vous lisez:

Mal logés et sans-abri : un mal européen

Mal logés et sans-abri : un mal européen
Taille du texte Aa Aa

Alors que le printemps pointe doucement le bout de son nez en Europe, combien de sans-abri sont-ils morts durant la dernière vague de froid dans l'Union européenne ? Mystère. Aucune statistique ne permet d'avancer de chiffres fiables. Ils se compteraient pourtant en centaines voire en milliers selon diverses estimations.

Il est vrai que cette compilation macabre reste délicate : un cadavre non identifié ou non identifiable retrouvé dans la rue ne signifie pas forcément qu'il était sans domicile fixe. S'agissait-il d'une mort naturelle ? D'un suicide? Ou d'une mort causée par le froid (ou la canicule en été) ? Enfin et surtout : cette mort aurait-elle pu être évitée ?

Faute de données officielles, il faut donc se contenter de sources associatives. En France, selon le collectif français "Les morts de la rue", plus de 11 000 sans-abri seraient morts entre 2012 et 2016 dont 2 369 décès “déclarés” au collectif via son réseau de bénévoles. Depuis le 1er janvier, ce sont ainsi 52 personnes, dont une femme, dont la mort à été signalée au Collectif. Autre constat frappant : les sans-abri ne meurent pas plus en hiver que le reste de l'année selon l'association.

Et ailleurs en Europe ? Dans leur dernier rapport, la Fondation Abbé Pierre et la La Fédération européenne des associations nationales travaillant avec les sans-abri (FEANTSA) n'annoncent aucun chiffres concernant le nombre de morts de sans domicile fixe. Mais ils publient en revanche une série d'indicateurs plus fiables sur logement en comparant les prix avec le taux de précarité, en analysant les taux d'occupation des logements, la part consacrée au paiement des loyers dans le budget des ménages...

D'où il ressort notamment que l'augmentation du prix des logements a augmenté (presque) partout en Europe entre 2010 et 2016. Avec de très fortes variations : + 59% en Bulgarie, + 22% au Portugal, + 16% en France, + 3% en Italie et + 1% en Grèce. A l'opposé dans quelques pays, les prix ont baissé : -16% aux Pays-Bas, -13% au Danemark...

Cette flambée des prix expliquerait en partie pourquoi les ménages les plus pauvres ont de plus en plus de mal à se loger au risque toujours plus grand de se retrouver à la rue.

Si le nombre total de sans-abri en Europe est lui aussi très compliqué à établir, le rapport mentionné plus haut livre quelques données concernant les enfants sans domicile fixe. Ainsi en Irlande, 3 333 enfants entraient dans cette catégorie en novembre 2017 (soit + 276 % depuis novembre 2014). Aux Pays-Bas, ce sont 4000 jeunes qui ont été pris en charge par des autorités locales en 2015 (+ 60 % depuis 2013). En France, les enfants sans domicile fixe seraient plus de 30 000.

Une fatalité ? Bien sûr que non, répliquent les deux associations qui défendent l'éradication du "sans-abrisme" via la mise en oeuvre d'une "véritable stratégie détaillée, durable et continue" par les gouvernements. Le tout assorti d'un financement adéquat sans oublier la mise en place de réels outils d'évaluation de la situation.