DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Afghanistan face à la question de l'insécurité

Vous lisez:

L'Afghanistan face à la question de l'insécurité

L'Afghanistan face à la question de l'insécurité
@ Copyright :
REUTERS/Omar Sobhani
Taille du texte Aa Aa

Le double attentat-suicide perpétré lundi à Kaboul en Afghanistan a fait au moins 25 morts dont 9 journalistes. Selon Reporters sans frontières, cette attaque revendiquée par l'Etat islamique, est l'attentat le plus mortel commis contre des médias depuis la chute des Talibans en 2001.

L'un de nos journalistes Massoud Imani Kalesar qui revient tout juste de Kaboul s'est entretenu avec Tesa Arcilla depuis les studios d'euronews à Lyon.

Massoud Imani Kalesar : Dimanche dernier, j'étais avec un groupe de journalistes. On filmait les "Commandos" dans une garnison située en banlieue de Kaboul. Ces commandos sont censés être les meilleurs des meilleurs. Ils sont supposés combattre les Talibans et les extrémistes dans le pays. On les a filmés ensemble avec mes confrères. Nous avons échangé entre nous de manière très amicale... L'un deux, Yar Mohammad a fait partie des journalistes qui perdu la vie dans l'attentat.

Tesa Arcilla : Les journalistes ne sont pas les seuls à avoir été tués...

Massoud Imani Kalesar : Des civils aussi, oui. Et la question de leur sécurité est centrale. Cette nation, ce pays est plongé dans la guerre et l'instabilité depuis 40 ans. J'étais à Kaboul pour euronews pour poser cette question aux hauts responsables afghans et à la population. Des milliards de dollars ont été dépensés, des milliers de soldats sont tombés au combat, des milliers de civils ont été tués. Qui est responsable du maintien et du rétablissement de la sécurité dans ce pays ?

Tesa Arcilla : Vous avez parlé avec les civils, qu'est-ce qu'ils disent ? Est-ce qu'ils se réveillent chaque jour en pensant qu'il y aura une nouvelle attaque ?

Massoud Imani Kalesar : C'est la question que je leur ai posée. Leur réponse a été très simple : ils quittent leur domicile chaque matin sans être sûr de rentrer en vie le soir.

Tesa Arcilla : Merci Massoud et encore une fois, on est très heureux que vous soyez de retour sain et sauf parmi nous.