Euronews n'est plus accessible sur Internet Explorer. Ce navigateur n'est plus supporté par son éditeur, Microsoft, et les dernières fonctionnalités techniques de notre site ne peuvent plus fonctionner correctement. Nous vous encourageons à utiliser un autre navigateur, tels que Edge, Google Chrome ou Mozilla Firefox.
DERNIERE MINUTE

Attaque dans une mosquée de Durban

Attaque dans une mosquée de Durban
Euronews logo
Taille du texte Aa Aa

Après la prière de la mi-journée jeudi, trois hommes, présentés par les médias locaux comme des Egyptiens, sont entrés dans une mosquée de la ville de Verulam et s'en sont pris à un imam, un fidèle et un concierge, selon les services d'urgence IPSS.

Ils ont "ligoté l'imam, l'ont jeté à terre et lui ont entaillé la gorge", a expliqué à l'AFP un porte-parole de IPSS, Paul Herbst. L'imam a rapidement succombé à ses blessures. Les deux autres victimes ont elles aussi été poignardées, l'une à l'abdomen et l'autre à l'aine, selon la même source. Elles se trouvaient jeudi soir dans un état grave.

Avant de s'enfuir en voiture, les assaillants ont lancé un cocktail Molotov dans la mosquée qui a partiellement pris feu. "Les pompiers sont arrivés sur les lieux et ont rapidement circonscrit l'incendie", selon M. Herbst.

Incertitudes sur les motifs de l'attaque

Le président du Réseau musulman sud-africain, Faizel Suliman, s'est refusé à spéculer sur les causes de l'attaque. "On ne sait pas si la motivation est criminelle, s'il s'agit d'une histoire d'amour qui a mal tourné ou si c'est pour une raison religieuse", a-t-il ajouté. "C'est la première fois qu'une chose de la sorte se produit en Afrique du Sud", a-t-il assuré. La police s'est aussi voulue prudente sur les motifs de l'agression. "La raison de l'attaque n'est pas encore connue", a déclaré à l'AFP une porte-parole de la police, Nqobile Gwala précisant qu'une enquête avait été ouverte.

"Il y a déjà eu des vols dans des mosquées, mais pas d'incident de ce genre où, semble-t-il, rien n'a été volé", a affirmé sur place Prem Balram, le porte-parole d'une société de sécurité privée, Reaction Unit South Africa, intervenue sur les lieux.

L'Afrique du Sud, qui compte 1,5% de musulmans parmi ses 53 millions d'habitants, a jusqu'à présent été épargnée par les attentats jihadistes, contrairement à d'autres pays africains.