DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Judo : An Chang-rim prend sa revanche à Hohhot

Vous lisez:

Judo : An Chang-rim prend sa revanche à Hohhot

Judo : An Chang-rim prend sa revanche à Hohhot
Taille du texte Aa Aa

Cérémonie d'ouverture grandiose avant le deuxième jour du Grand Prix de Hohhot, en Chine, une terre de Judo dans la région autonome de Mongolie-Intérieure.

Notre femme du jour est Néerlandaise : Sanne Van Dyk a tracé son chemin dans un champ d'étoiles dans la catégorie des -70kg. Elle retrouve en finale la Canadienne Kelita Zupancic. Grâce à une contre-attaque implacable,, Van Dyk marque waza-ari, s'empare de l'or e entame parfaitement la phase qualificative aux JO de Tokyo 2020, où le judo sera roi.

"Le fait que le niveau soit si relevé, ça a fait chuter un peu la pression. Je voulais juste combattre plus dur possible et voir jusqu'où je pouvais aller, et ça a marché !", se réjouit Sanne Van Dijk après sa performance.

Notre homme du jour se nomme An Chang-rim, il est Sud-coréen, ancien Champion du monde et numéro 3 mondial des -73 kg. Mais voilà, cela faisait deux ans qu'il n'avait rien gagné sur le circuit mondial. Transformé, c'est un judo imparable qu'il dévoile ici à Hohhot.

En finale, Chang-rim rejoint le numéro un mondial et Champion du monde en titre : Hashimoto Soichi, un ponte.

Seule solution pour lui, déjouer les pronostics et c'est celle qu'il choisit en effectuant un seoi-nage ultra puissant, alors que le Japonais était sur le point de contrer, pour waza-ari. Un exemple parfait de l'infime écart entre victoire et défaite dans ce sport de combat et un vrai plein de confiance pour le Coréen.

"Depuis 2016, je n'avais gagné aucun tournoi sur le World Judo Tour, c'était presque devenu une habitude de perdre dans les grands rendez-vous. Renverser cette tendance, c'étai mon principal objectif ici, et d'y être parvenu, c'est un immense soulagement. Je connais et combats Hashimoto depuis l'université, on se connais par cœur. Etre capable de le battre dans un événement comme celui-ci, c'est une réussite immense de ma carrière", explique le médaillé d'or.

Mais le Japon ne laisse plus passer sa chance : chez les -63kg féminines, la redoutable Nouchi Aimi grimpe sur la première marche du podium.

Scénario similaire dans la catégorie -81 kg, avec un Sasaki Takeshi des grands jours. Après avoir infligé un splendide ippon au Russe Alan Khubetsov, c'est le Champion olympique en titre, Khasan Khalmurzaev, mord le tatami en finale.

Une contre-attaque fulgurante pour un premier waza-ari, puis une attaque, pour le second synonyme de victoire et de première médaille d'or en carrière, sur le circuit mondial, pour Takeshi.

On termine comme toujours avec la prise du jour, elle est signée Anthony Zingg pour remporter le bronze des -73kg... Avec la manière !