EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

Giuseppe Conte jette l'éponge

Giuseppe Conte jette l'éponge
Tous droits réservés 
Par Euronews
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Il avait été désigné par l’alliance M5S-Lega pour être président du Conseil. Sergio Mattarella, le président italien, a mis son veto à sa proposition de gouvernement.

PUBLICITÉ

Giuseppe Conte a renoncé dimanche, après avoir été reçu par le président italien Sergio Mattarella, à être Premier ministre, alors qu'il avait été désigné pour occuper ces fonctions par les antisystème et l'extrême droite, a annoncé dimanche soir la présidence.

"Le Président du conseil désigné Giuseppe Conte a remis son mandat au président Mattarella", a annoncé le secrétaire général de la présidence, Ugo Zampetti, à l'issue d'une entrevue entre les deux hommes.

M. Conte, 53 ans, un juriste novice en politique, devait encore confirmer sa nomination et présenter une liste de ministres que le chef de l'Etat accepte pour que celle-ci soit effective.

Le point de blocage s'appelle Paolo Savona. Eurosceptique convaincu, il était pressenti pour prendre le ministère de l'économie, une ligne rouge pour le président italien.  

"Je peux vous assurer que j'ai fourni le maximum d'efforts et d'attention pour mener à bien cette tâche et l'avoir fait dans un climat de pleine collaboration avec les responsables des forces politiques qui m'ont désigné", a déclaré M. Conte devant la presse.

Quelques minutes après l'annonce, le leader de la Ligue, Matteo Salvini a réagi violemment. "Nous ne serons pas les esclaves de Allemands ou des Français" a-t-il-dit. 

Luigi di Maio, du Mouvement 5 étoiles, a lui dénoncé l'emprise des agences de notation.

Sergio Mattarella convoquera lundi un ancien responsable du FMI, Carlo Cottarelli. Peut-être le signe qu'il privilégie désormais la formation d'un gouvernement technique.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

L'attaque contre Robert Fico, signe d'une radicalisation de la société slovaque ?

En Irlande aussi, l'accueil des migrants commence à diviser la société

La crise politique polonaise s'approfondit