DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une place et une station de métro Simone Veil à Paris

Vous lisez:

Une place et une station de métro Simone Veil à Paris

Une place et une station de métro Simone Veil à Paris
Taille du texte Aa Aa

A un mois de son entrée au Panthéon, Simone Veil, icône de la réconciliation européenne et de la lutte pour les droits des femmes, a depuis ce mardi une place et une station de métro à son nom au cœur de Paris.

Sous le crachin, les plaques ont été dévoilées dans la matinée sur la place de l'Europe et à la station de métro du même nom, située sur la ligne 3 du métro, dans le VIIIe arrondissement de la capitale française. Elles ont été renommées "Europe - Simone Veil".

La cérémonie, menée par la maire PS de la ville Anne Hidalgo, la présidente LR de la région Île-de-France Valérie Pécresse et la PDG de la RATP Catherine Guillouard a rendu hommage à "cette très grande dame", décédée en juin 2017 à l'âge de 89 ans.

"Choisir cette place au cœur du quartier de l'Europe nous paraissait une réelle évidence" a expliqué la maire LR du VIIIe arrondissement, Jeanne d'Hauteserre, rappelant que cette ancienne rescapée d'Auschwitz avait "milité pour défendre une Europe avec le plus de pouvoir possible, car c'était pour elle le seul moyen de vivre en paix".

En 1979, Simone Veil avait été la première présidente du Parlement européen élue au suffrage universel. Réélue en 1984 et 1989, elle avait siégé au Parlement jusqu'en 1993.

"Baptiser cette place et cette station de métro à votre nom, c'est transmettre votre message" a ajouté Valérie Pécresse, "c'est dire oui à la paix, c'est dire oui à notre communauté".

Outre divers élus, étaient présents la secrétaire perpétuelle de l'Académie Française, Hélène Carrère d'Encausse - où Simone Veil siégeait depuis 2008 -, de nombreux amis et membres de sa famille.

"Pour ces attentions en faveur de Maman et de la famille Veil, je vous remercie" a déclaré son fils aîné, l'avocat Me Jean Veil, qui a par ailleurs choisi de rendre hommage à sa mère en la faisant parler une dernière fois au travers d'une prosopopée.

Jeanne d'Hauteserre a profité de son hommage pour souligner que "Simone Veil rejoint la liste peu nombreuse des femmes dont le nom a été donné à une station de métro".

Elle est ainsi la quatrième femme à apparaître sur la liste des stations de métro parisiennes, après Louise Michel, Marie Curie et Marguerite Rochechouart. Et seulement la deuxième à ne pas partager ce titre avec un homme.

"Il est très rare de changer les noms des stations de métro", a expliqué la PDG de la RATP. "Il fallait que ce soit une figure d'exception" pour changer le nom de cette station de la ligne 3 resté le même depuis 1914, "et Mme Veil est cette exception".

La cérémonie s'est clôturée sur la Marseillaise, ainsi que par la diffusion de l'hymne européen "L'Ode à la joie" en l'honneur de cette Européenne convaincue.

Simone Veil s'était notamment illustrée en défendant au parlement la loi dépénalisant le recours à l'interruption volontaire de grossesse (IVG). Elle était alors ministre de la Santé sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing.

Les cendres de Mme Veil et de son époux seront transférées au Panthéon le 1er juillet, près d'un an après son décès. Elle sera la cinquième femme à être inhumée au sein de la nécropole laïque des "grands hommes" français.

- Avec AFP -