DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La chef du parquet anti-corruption bientôt révoquée, des Roumains dans la rue

Vous lisez:

La chef du parquet anti-corruption bientôt révoquée, des Roumains dans la rue

La chef du parquet anti-corruption bientôt révoquée, des Roumains dans la rue
Taille du texte Aa Aa

Des Roumains dans les rues de Bucarest pour défendre le parquet anti-corruption. Ils étaient plus de 1.500 à manifester mercredi soir devant le siège du gouvernement pour dénoncer la dernière décision de la justice. La Cour constitutionnelle a ordonné au président roumain Klaus Iohannis de révoquer la chef du parquet anti-corruption, la procureure Laura Codruta Kovesi.

Ces manifestants étaient venus la soutenir et défendre la démocratie. Pour eux, "la cour constitutionnelle est une honte nationale", sur des pancartes, "nous ne voulons pas être une nation de voleurs" pouvait-on lire encore...

Le gouvernement social-démocrate s'est félicité lui de la décision de la cour, c'est son ministère de la justice qui avait demandé le limogeage de Laura Kovesi pour avoir critiqué les projets de réforme judiciaire du pays. Elle aurait ainsi enfreint la constitution selon le gouvernement et nuit à l'image du pays à l'étranger, des arguments qui n'avaient pas convaincu le président roumain qui s'était donc opposé à la procédure de révocation.

Laura Kovesi, symbole de la lutte anti-corruption assure que les projets de réforme nuisent à l'indépendance des magistrats enquêteurs.

La Commission européenne et le conseil de l'Europe sont opposés à cette réforme pour les mêmes raisons.

Dans un pays considéré comme gangrené par la corruption, le DNA a multiplié ces dernières années les poursuites contre des élus locaux et nationaux, s'attirant en retour l'inimitié d'une partie de la classe politique et des accusations d'abus de pouvoir.

Fin février, elle avait indiqué que malgré "des attaques sans précédent" de la part du gouvernement, son parquet avait renvoyé devant les tribunaux en 2017 un millier de personnes, dont trois ministres, cinq députés et un sénateur.

Des milliers de manifestants avaient défilé cet hiver en Roumanie pour exprimer leur soutien à la procureure, tandis qu'une pétition en ligne en faveur d'un maintien dans ses fonctions a recueilli près de 110 000 signatures.