DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rejets toxiques : Sanofi ferme l'usine de Mourenx

Vous lisez:

Rejets toxiques : Sanofi ferme l'usine de Mourenx

Rejets toxiques : Sanofi ferme l'usine de Mourenx
Taille du texte Aa Aa

Les faits étaient connus du groupe Sanofi depuis plusieurs mois, mais il a fallu que la presse s'empare du scandale pour que l'usine chimique de Mourenx (Pyrénnées atlantiques) s'arrête. Elle ne rouvrira pas tant que le géant pharmaceutique ne respectera pas les limites d'émission de rejets toxiques, a fait savoir le gouvernement français qui la menace de fermeture administrative.

Cet emballement est une conséquence des révélations de l'association écologique France Nature Environnement (FNE), selon qui l'usine crache dans l'air en moyenne 7 000 fois plus de composés organiques volatils que la norme autorisée. Notamment des doses astronomiques de bromopropane, une substance considérée cancérigène, qui peut nuire à la fécondité et aux voies respiratoires.

Toujours d'après FNE, seule deux des trois colonnes de l'usine étaient contrôlées par le groupe. Quand l'une respectait les normes, les deux autres rejetaient "des matières dangereuses à des taux astronomiques". Sanofi n'aurait signalé ce grave dysfonctionnement à la préfecture qu’en mars dernier, "six mois après avoir constaté ces dépassements, alors qu’il aurait dû le faire immédiatement", accuse FNE.

France Nature Environnement soupçonne le groupe de s'être laissé le temps de "présenter des solutions d’abattage de ces polluants et donc éviter la fermeture administrative du site".

L'ombre de la Dépakine

Cette affaire prend vie dans le cadre d'un autre scandale, celui de la Dépakine. C'est en effet dans le site de Mourenx que Sanofi produit ce médicament antiépileptique accusé d'avoir provoqué de graves troubles chez les enfants qui y ont été exposés. Sanofi a été condamné par la justice dans ce dossier l'an dernier.