DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Maillot à deux étoiles : Nike n'est pas fleur bleue

Vous lisez:

Maillot à deux étoiles : Nike n'est pas fleur bleue

Maillot à deux étoiles : Nike n'est pas fleur bleue
Taille du texte Aa Aa

Alors que des millions de Français célébraient le sacre des Bleus, l'équipementier de la Fédération française de football (FFF), Nike, les appelait à patienter. La tunique arborant deux étoiles ne sera pas disponible avant le mois d'août. Pour cause, elle est essentiellement produite en Thaïlande pour moins de 3 euros, d'après une enquête du JDD.

Nayla Ajaltouni est la coordinatrice du Collectif Éthique sur l'étiquette, à l'origine de la campagne "Anti-jeu", qui dénonce les politiques salariales des grands équipementiers sportifs.

Euronews : Sait-on dans quels pays et dans quelles conditions est fabriqué le nouveau maillot de l'Équipe de France ?

Nayla Ajaltouni : Nous n’avons malheureusement pas toutes les informations relatives aux pays dans lesquels ils sont fabriqués ni aux conditions de travail et c’est précisément ce que l’on cherche à savoir auprès des équipementiers qui ne souhaitent pas communiquer. Certains de vos confrères ont obtenu la confirmation que plusieurs usines thaïlandaises, notamment, produisaient la maillot aux deux étoiles et c'est tout à fait possible, car c’est l’un des pays de sous-traitance de Nike.

Reuters
Une employée emballe des chaussures à Tangerang, IndonésieReuters

Nike délocalise donc ses usines de Chine vers la Thaïlande ?

Nike produisait déjà en Thaïlande, mais on observe depuis quelques années un basculement : ces grands équipementiers délaissent la Chine, où les salaires avoisinent désormais un salaire vital, pour développer la production en Asie du Sud-est : Cambodge, Indonésie, Birmanie... Là-bas, les salaires sont moindres. Les droits syndicaux y sont aussi bafoués. Or, le rythme de travail augmente quand il y a une forte demande sur le marché européen, ce qui est le cas actuellement.

D'autres sources affirment que des maillots sont également assemblés en Pologne et en Turquie.

Nike a pu, pour anticiper la demande, faire fabriquer une partie des maillots dans ces pays pour réduire les délais de livraison. Mais là encore, le groupe ne souhaite pas aborder la question de sa responsabilité sociale.

Le JDD affirme que la production du maillot coûte moins de 3 euros à Nike, qui le vend 80 ou 140 euros en Europe. Comment est-ce possible ?

C’est ce que nous avions démontré lors d'une découpe d prix de vente du maillot de l’équipe d’Allemagne en 2016. Le coût de la main d’œuvre est si bas qu’il est marginal. À peine 1 % du prix revient aux ouvriers qui l'ont fabriqué. Certes, toute la marge dégagée ne se traduit pas en bénéfice pour la marque, notamment parce que les coûts de marketing et de sponsoring sont considérables. Les distributeurs, notamment, récupèrent une partie du profit. Mais même si Nike réalise un bénéfice de 18 euros par maillot – vendu 90 euros, beaucoup plus pour le maillot vendu 140 euros! -, c’est absolument considérable.

La vente de millions de maillots des Bleus est-elle une bonne nouvelle pour les Thaïlandais ?

Les grands gagnants sont clairement Nike et ses actionnaires, qui ont mis en place une stratégie bien rodée : miser des sommes considérables dans la valorisation de son image, via des contrats de sponsoring démesurés avec de grands joueurs et des grands clubs, tout en négligeant les conditions de travail de ceux qui fabriquent les vêtements. La valeur ajoutée est conservée sur le sol américain et la production est sous-traitée dans des pays à très bas coût, afin de dégager de fortes marges, et d’importants bénéfices. Les perdants sont les ouvriers dans les chaînes d’approvisionnement.

Nike est-il le seul à agir ainsi ? Ou est-ce un modèle adopté par ses concurrents ?

Adidas et les autres ont suivi le pas pour rattraper Nike, car ils voient combien le modèle est rentable. Quand Nike signe avec Cristiano Ronaldo, Adidas se bat pour garder Lionel Messi. Les marques tentent d'imiter Nike, dont le cours en bourse s’envole depuis plusieurs années. À Wall Street, il y a les GAFA et Nike.

Reuters
Des employés du textile dans la province de Bac Giang, VietnamReuters

Existe-t-il un maillot de football produit de manière éthique ?

Il y a des équipements sportifs produits sous le label commerce équitable et nous l’encourageons. Mais tous les grand équipementier sont sur un modèle économique similaire, basé sur de faibles coûts de production et un investissement fort sur sur image. Nike et Adidas équipaient 22 des 32 sélections qualifiées pour le Mondial de Russie.

Beaucoup de Français sont fiers de cette deuxième étoile. Faut-il qu'ils achètent les maillots qui l'arborent ?

On peut comprendre qu'il y a un sentiment de fierté nationale, devant une équipe qui semble avoir la tête sur les épaules. Mbappé a proposé de reverser ses primes à des associations et a été suivi par ses coéquipiers. Ce sont des gestes à saluer. Mais Nike n’a pas mérité ce niveau de bénéfices tout comme les ouvriers ne méritent pas d’être exploités à l’autre bout du monde. Chacun doit décider, en sachant qu'ils peuvent toujours interpeller les marques, très sensibles à leur image sur les réseaux sociaux.

Contactés par Euronews, les représentants de Nike France n'ont pas répondu à nos sollicitations.