PUBLICITÉ

Monsanto devant la justice américaine

Monsanto devant la justice américaine
Tous droits réservés Josh Edelson/Pool via Reuters
Tous droits réservés Josh Edelson/Pool via Reuters
Par Anne-Lise Fantino
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Dewayne Johnson, atteint d'un cancer en phase terminale, est le premier Américain à assigner le géant de l'agrochimie en justice. Il a témoigné à la barre du tribunal de San Francisco ce lundi.

PUBLICITÉ

C'est le dernier combat de sa vie. Un Américain de 46 ans a poursuivi Monsanto devant la justice californienne.

Atteint d'un cancer en phase terminale, Dewayne Johnson attribue sa maladie au Round Up. L'ancien jardinier est venu témoigner à la barre du tribunal de San Francisco ce lundi. Selon son avocat, il aurait dû être informé des risques encourus par l'utilisation de cet herbicide.

“S'ils l'avaient seulement prévenu...", explique R. Brent Wisner, avocat de Dewayne Johnson. 

"Ils n'avaient pas à dire que leur produit cause le cancer, ils n'avaient qu'a écrire que des laboratoires extérieurs avaient détermines que leur produit était cancérigène, même s'ils ne sont pas d'accord. S'ils avaient juste mis cet avertissement, son médecin l'aurait su, il l'aurait su, et il aurait arrêté l'épandage. Mais on l'a vu sur les photos son cancer a empiré et il a poursuivi l'épandage. C'est juste scandaleux”.

Le procès devrait durer au moins jusqu'au mois d'août. Dewayne Johnson a poursuivi l'épandage de Round Up et de sa version professionnelle dans les écoles dont il assurait l'entretien, après le diagnostic de son cancer il y a quatre ans.

Comme l'Etat californien, l'OMS reconnaît le glyphosate comme un "cancérigène probable", contrairement aux agences sanitaires européennes et américaines.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Changement d'heure : quels sont ses effets sur votre santé ?

En République tchèque, la coqueluche est de retour

Les travailleurs de la santé ont manifesté en Roumanie