DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Zimbabwe : toujours pas de vainqueur

Vous lisez:

Zimbabwe : toujours pas de vainqueur

Zimbabwe : toujours pas de vainqueur
Taille du texte Aa Aa

Au Zimbabwe, après les premières élections générales post-Robert Mugabe ce lundi, la commission électorale n’a toujours publié aucun résultat. A Harare, cela n’empêche pas les entourages des deux principaux candidats de revendiquer leur succès, à l’instar des partisans de Nelson Chamisa, le candidat de l’opposition, l'alliance Mouvement pour le changement démocratique (MDC).

Au cours d'une conférence de presseTendai Biti, ancien ministre des Finances, et membre du MDC a déclaré : "Nous avons gagné l’élection. Nous avons réunis les résultats et ils montrent que nous l’avons emporté. Nous demandons ardemment à la commission électorale d’annoncer les résultats !".

23 candidats pour les premières élections post-Mugabe

Après 38 ans de règne sans partage de Robert Mugabe et plusieurs scrutins qui se sont soldés dans le sang, les nombreux observateurs internationaux conviés à assister au processus électoral demeurent prudents, à l'instar du député européen allemand PP, Elmar Brok, chef des observateurs internationaux, joint par visioconférence :

"Au sein des bureaux de vote, ça c’est bien passé, tous les partis ont pu contrôler le processus. Mais des bureaux de votes au comptage final de toutes les voix au niveau national, il y a encore du chemin à faire. C’est pourquoi nous appelons à la transparence. Il faut que ces résultats soient traçables jusqu’à la base des bureaux de vote pour que le résultat final soit crédible…"

La commission électorale a rappelé qu’elle à jusqu’à vendredi pour annoncer des résultats définitifs. En attendant le climat se tend : le gouvernement, au main d’Emmerson Mnangagwa, président par intérim et longtemps affidé de Robert Mugabe, menace d’emprisonner ceux qui dans l'opposition revendiquent la victoire.

Au total, 23 candidats se sont présentés à l’élection présidentielle, et plus de cent partis ont pris part aux législatives.