DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Europe a très chaud

Vous lisez:

L'Europe a très chaud

L'Europe a très chaud
Taille du texte Aa Aa

Records historiques de température, touristes et habitants se rafraichissant dans les fleuves des villes, coups de chaud mortels et glaciers qui fondent lamentablement: la canicule restait plaquée ce vendredi sur la quasi-totalité de l'Europe occidentale.

La palme revient au Portugal, avec 45,2° à Alvega, à environ 150 km de Lisbonne - un record historique. Ailleurs dans le pays, on dépassait le plus souvent les 40°, selon les services de météorologie.

Dans les journaux vendredi s'étalaient des photos de touristes et d'habitants se baignant dans le Douro à Porto ou dans le Tage à Lisbonne, où ils ont notamment investi les marches du "cais das colunas" (quai des colonnes), qui descendent dans le fleuve, afin de se rafraichir.

Dans l'Espagne voisine, il ne faisait guère plus frais: ce vendredi devrait être une des journées les plus chaudes de l'été, avec 40° à Madrid, 42° à Séville en Andalousie (sud) et 44° à Badajoz, en Estrémadure (sud-ouest), selon l'agence de météorologie.

Et ces températures auraient fait cette semaine deux morts: un ouvrier qui travaillait sur une autoroute, et un homme de 78 ans qui faisait son jardin - deux décès attribués à des "coups de chaud".

A l'autre bout de l'Europe, la Suède, après avoir enregistré son plus chaud mois de juillet en plus de 250 ans, continuait en ce début août à connaître des températures inhabituellement hautes pour ce pays nordique, tournant autour des 30°.

Entre les deux, la plupart des pays évoluaient toujours sous un soleil de plomb et des températures dépassant les 30°: 32° à Londres, jusqu'à 35° aux Pays-Bas, où le pays fait face à de nombreuses pénuries d'eau, 34° en Belgique...

L'Italie, après des 40° en début de semaine en Sardaigne et dans le nord du pays, est revenue à des 35° plus habituels pour ce pays méditerranéen. A Rome, où chacun peut déjà se désaltérer gratuitement aux fontaines publiques, la protection civile distribuait quand même des bouteilles d'eau aux touristes.

En France, 66 des 95 départements sont en alerte, avec des températures dépassant les 30° quasiment partout, sauf dans le nord-ouest, et jusqu'à 40° dans le sud.

Au Portugal, en Espagne, en France, les services météorologiques prévoyaient encore des hausses pour samedi. Au Portual, samedi devrait être la journée la plus critique, et onze districts du nord au sud du pays sont en alerte rouge jusqu'à dimanche.

En revanche, d'autres régions devraient voir les températures redevenir plus supportables assez vite. En Suède, on prévoit des orages un peu partout dans le pays samedi. Et en Grande-Bretagne, tandis que le sud a chaud, le nord du pays était sous la pluie.

Au Portugal, on n'enregistrait aucun incendie "important" vendredi matin, mais le pays est en alerte maximum depuis mercredi, déployant un dispositif important pour éviter la répétition des incendies ravageurs qui avaient fait 112 morts l'an dernier.

La Suède, qui a connu d'importants incendies en juillet, y compris au-delà du Cercle arctique, reste aussi en alerte. En effet, le pays n'a quasiment pas eu de pluie depuis mai, et la nature est particulièrement sèche.

Toujours en Suède, la chaleur inhabituelle a provoqué un changement géographique majeur: le pays a perdu son point culminant. Celui-ci était en effet un glacier, le pic sud du Kebnekaise, dans l'Arctique. Mais celui-ci a perdu pour le seul mois de juillet 14 cm par jour, et est donc maintenant dépassé par le pic nord du Kebnekaise, qui lui est fait de rocher, et devient donc le plus haut point du Suède avec ses 2096,8 m.

Enfin en Autriche, si le record de 2013 de 40,5° n'est pas encore atteint, il fait tout de même assez chaud pour que les célèbres fiacres de Salzbourg se voient interdire de circulation: une loi interdit en effet de faire travailler des chevaux lorsqu'il fait plus de 35°.

Et en Italie, le principal syndicat agricole a annoncé que la production des vaches laitières est en baisse de 15%. Un lait pourtant utile: cette semaine, la consommation de glaces a augmenté de 30%.