DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Malaisie annule 22 milliards de dollars de projets signés avec Pékin

Vous lisez:

La Malaisie annule 22 milliards de dollars de projets signés avec Pékin

La Malaisie annule 22 milliards de dollars de projets signés avec Pékin
Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre malaisien Mahathir Mohamad a confirmé mardi à Pékin que trois projets d'infrastructures conclus avec la Chine seront annulés jusqu'à ce que son pays, perclus de dettes, soit en mesure de les financer.

Ces contrats portaient sur un montant total d'environ 22 milliards de dollars: une ligne de chemin de fer reliant notamment la frontière thaïlandaise à Kuala Lumpur (20 milliards), et deux conduites de gaz sur l'île de Bornéo.

"J'ai expliqué (aux dirigeants chinois) pourquoi nous ne pouvions pas avoir (ce projet ferroviaire)", a déclaré Mahathir à la presse malaisienne à l'issue d'une visite de cinq jours en Chine.

"Cela nous ferait emprunter trop d'argent. Nous ne pouvons pas nous le permettre, car nous ne pourrions pas rembourser. Et puis nous n'avons pas besoin de ces projets pour la Malaisie pour l'instant (...) Notre problème actuel est surtout de résoudre notre déficit financier."

Le Premier ministre malaisien entend réduire l'importante dette de son pays. Elle s'élève à environ 250 milliards de dollars.

Après sa rencontre avec son homologue chinois Li Keqiang lundi, il s'était dit convaincu que Pékin aiderait la Malaisie à résoudre ses problèmes financiers.

Malgré ces annulations, Mahathir avait l'ambition de renforcer les liens économiques de son pays avec le géant asiatique durant sa visite. Car la Chine est le premier partenaire commercial de la Malaisie.

Les relations commerciales entre Pékin et Kuala Lumpur étaient particulièrement fortes durant le mandat de l'ex-Premier ministre malaisien Najib Razak (2009-2018). Les deux pays avaient signé plusieurs contrats importants pour la construction d'infrastructures en Malaisie.

Mais Najib est accusé par ses détracteurs d'avoir conclu des accords peu transparents et surtout désavantageux pour son pays, notamment sur les taux des prêts.

L'ex-Premier ministre et ses proches sont par ailleurs accusés d'avoir détourné des milliards de dollars d'un fonds souverain malaisien nommé 1MDB. Il a été inculpé de corruption début juillet par la justice malaisienne, mais nie toute malversation.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.