DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Trump lâché par l'un de ses lieutenants

Vous lisez:

Trump lâché par l'un de ses lieutenants

Trump lâché par l'un de ses lieutenants
Taille du texte Aa Aa

Un des plus fidèles employés de Donald Trump, qui a repris avec les fils du milliardaire les rênes de son empire immobilier après son arrivée à la Maison Blanche, a obtenu une immunité pour son aide dans une enquête fédérale liée au président, selon plusieurs médias américains.

Allen Weisselberg, directeur financier de la Trump Organization, a obtenu cette immunité en échange d'informations dans le cadre de l'enquête sur deux paiements effectués par Michael Cohen, ex-avocat personnel du président, pour faire taire deux maîtresses supposées de M. Trump, a écrit vendredi le Wall Street Journal.

Des documents ont notamment été enregistrés par les enquêteurs auprès du tribunal fédéral de Manhattan faisant référence à un dirigeant de la Trump Organization, sans le nommer, comme ayant donné instruction de rembourser M. Cohen pour l'un des deux paiements, selon la chaîne CNBC.

M. Weisselberg, 71 ans, travaille pour la Trump Organization depuis de nombreuses années.

Il a commencé comme comptable dans l'entreprise de Frederick Trump, père de Donald, avant de devenir contrôleur de gestion pour la Trump Organization quand le futur président des Etats-Unis s'est implanté à Manhattan dans les années 1980.

Cet homme extrêmement discret a souvent été décrit comme étant en symbiose totale avec Donald Trump, suivant toutes ses aventures entrepreneuriales et ses consignes à la lettre.

Les médias américains avaient déjà rapporté jeudi que David Pecker, patron du tabloïd américain National Enquirer et ami de longue date de M. Trump, s'était lui aussi vu accorder l'immunité en échange de sa coopération concernant les paiements aux deux femmes.

Ces immunités obtenues par deux proches accentuent la pression sur le président américain, manifestement sur la défensive depuis que Michael Cohen s'est retourné contre lui de façon spectaculaire.

Son ancien avocat l'a accusé mardi devant un juge fédéral de lui avoir demandé de payer les deux femmes pendant la campagne présidentielle pour renforcer ses chances de remporter l'élection. Ce qui pourrait être en infraction avec la législation sur le financement électoral.

Avec AFP