Brexit : le temps presse pour un accord

Brexit : le temps presse pour un accord
Par Vincent Ménard
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

L'objectif affiché par les négociateurs européens et britanniques est de parvenir à un compromis pour la mi-octobre.

PUBLICITÉ

Les négociateurs européens et britanniques se sont encore réunis à Bruxelles ce vendredi pour essayer de trouver un accord sur le Brexit.

Malgré l'épineuse question de la frontière irlandaise, l'objectif affiché par Michel Barnier et Dominic Raab est toujours de parvenir à un compromis avant le Conseil européen des 17 et 18 octobre.

Les deux hommes reconnaissent que tous les problèmes n'ont pas été résolus, mais ils se disent confiants sur la possibilité de respecter l'échéance.

Michel Barnier, négociateur en chef de l'Union européenne : "Je suis déterminé, comme je l'ai dit depuis le début, à trouver un accord pour un retrait ordonné qui vaut beaucoup mieux qu'un retrait désordonné. Et nous pensons, Dominic et moi, qu'il est possible d'atteindre cet accord au mois d'octobre, même si le temps est très court. Ce n'est pas une question de quelques jours, voire de quelques semaines, mais nous avons toujours cet objectif."

Dominic Raab, ministre britannique du Brexit : "Nous sommes attachés au Conseil d'octobre - il y a peut-être une certaine flexibilité, mais nous sommes résolus à résoudre le problème d'ici là. Et de mon côté, je suis obstinément optimiste sur le fait que les deux parties saisissent cette opportunité."

Si les négociations n'ont pas abouti mi-octobre, un sommet extraordinaire de l'UE pourrait être convoqué au mois de novembre.

Il faudra ensuite que le Parlement européen et le Parlement britannique aient le temps de ratifier cet accord.

Quoi qu'il en soit, le Royaume-Uni est censé quitter l'Union européenne le 29 mars 2019.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Brexit : Barnier estime "réaliste" d'arriver à un accord "d'ici six ou huit semaines"

Tony Blair : le plan de Theresa May est voué à l'échec