DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un club de sports ensanglanté par un double attentat à Kaboul, lourd bilan

Vous lisez:

Un club de sports ensanglanté par un double attentat à Kaboul, lourd bilan

Double attentat-suicide club de sports Kaboul 5/09/2018.
Taille du texte Aa Aa

Deux attentats-suicides, commis à très peu de temps d'intervalle, ont ensanglanté la capitale afghane ce mercredi. Le bilan des victimes, fourni par le ministère de l'Intérieur, n'a pas cessé de s'alourdir au fil des heures : il est actuellement d'au moins 20 morts et 70 blessés. Un club de sports, situé dans le quartier chiite de Dashti Barchy à l'ouest de Kaboul, a été ravagé par les explosions.

Dans un premier temps, un kamikaze a réussi à entrer dans le gymnase après avoir tué les gardes, et il a fait sauter sa ceinture d'explosifs; il était 18 heures locales, et à cette heure-ci, le Maiwand club est très fréquenté. Des lutteurs étaient notamment en train de s'entraîner dans la salle.

Ci-dessous à droite, une photographie de la salle de sports dévastée :

Une voiture piégée pour amplifier la tuerie

Puis, une deuxième forte déflagration a retenti sur les lieux du drame. Cette fois, c'est une voiture piégée qui a semé la mort, au moment même où les secours venaient en aide aux blessés. Sur place se trouvaient aussi des forces de sécurité afghanes et des équipes de télévision, a indiqué un porte-parole de la police de Kaboul. Un reporter et un caméraman de la chaîne ToloNews font d'ailleurs partie des personnes qui ont été tuées.

La chaîne de télévision afghane rend hommage à ses deux journalistes décédés sur Twitter :

Le double attentat n'a pas été revendiqué pour le moment. Les talibans ont nié toute implication dans un message publié sur WhatsApp. La minorité chiite d'Afghanistan est plutôt habituée à être régulièrement la cible du groupe terroriste Etat islamique. Le 15 août dernier à Kaboul, elle a été endeuillée par une attaque contre un centre de préparation aux examens d'entrée à l'Université, une attaque justement signée par Daech.