DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Affaire Skripal : la Russie accablée à l'ONU

Vous lisez :

Affaire Skripal : la Russie accablée à l'ONU

Affaire Skripal : la Russie accablée à l'ONU
Taille du texte Aa Aa

Les Etats-Unis, la France, l'Allemagne et le Canada se sont accordés avec les Royaume-Uni pour déclarer que le gouvernement russe avait "quasi-certainement" approuvé l'empoisonnement de l'ancien espion Sergueï Skripal et de sa fille à Salisbury, dans le sud de l'Angleterre.

Ce jeudi à New York, lors d'une réunion glaciale du Conseil de sécurité de l'ONU, la Russie a nié en bloc :

"_C'est nous qui appelons Londres à collaborer. Ce n'est pas Londres qui nous appelle à collaborer. Et Londres refuse cette collaboration", _a dénoncé l'ambassadeur russe au Conseil de sécurité de l'ONU, Vassily Nebenzia.

"Londres a besoin de cette affaire pour un seul objectif : Déclencher une hystérie anti-russe répugnante et rallier d'autres pays à sa cause", a-t-il poursuivi.

"Je l'ai déjà dit devant cette assemblée, mais je le répète : vous ne faites pas appel à un incendiaire pour éteindre un feu. Vous le faites encore moins quand c'est lui qui a mis le feu", a répondu l'ambassadrice britannique Karen Pierce.

La déclaration commune a été publiée par la diplomatie française à l'ONU :

Un mandat d'arrêt européen a été émis contre les citoyens russes Alexander Petrov et Ruslan Bochirov. Pour Londres et ses alliés il ne fait aucun doute : les deux suspects sont des agents du renseignement russe, envoyés pour assassiner l'ancien agent-double.

Le 3 mars dernier, d'après la police londonienne, ils auraient "contaminé la porte d'entrée" de Sergueï Skripal, en l'aspergeant de Novitchok, un agent innervant, avant de fuir l'Angleterre dans la foulée.