DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les forces de l'OTAN s'exercent dans le ciel européen

Vous lisez:

Les forces de l'OTAN s'exercent dans le ciel européen

Les forces de l'OTAN s'exercent dans le ciel européen
Taille du texte Aa Aa

"Actuellement, nous survolons l'espace aérien de l'Allemagne". A bord de l'avion A321 des forces belges, le pilote Tanguy Flamand montre les deux avions de chasse allemands qui entourent l'appareil. Les forces de l'OTAN s'exercent dans le ciel européen.

"Cette situation peut arriver en cas d'une erreur de communication ou d'une urgence »

Pour l'occasion, l'Alliance a invité des journalistes à suivre la manoeuvre. Il s'agit pour les pilotes de s'entrainer à intercepter un chasseur suspect, ici l'A321. Ce dernier a perdu tout moyen de communication avec le sol. Une situation qui peut arriver "en cas d'une erreur de communication ou d'une urgence par exemple » explique le pilote.

Pour une interception, les pilotes de chasse suivent une procédure bien précise. Il tente d'abord d'établir une contact direct avec le pilote qui contrôle l'avion. En situation réelle, ils entraînent l'avion hors de l'espace aérien de l'OTAN. C'est ce qui est arrivé avec les chasseurs russes et les avions-espions ces dernières années.

En 2014, les Eurofighters de l'OTAN ont réalisé ce genre d'exercice avec le Su-27 russe. Depuis, cette coopération militaire a été suspendue. Ce que regrette le Lieutenant Général Ruben Servert, en charge de l'exercice. Il commande le centre d'opération des activités combinées, qui contrôle la moitié sud de l'Europe.

"Tout pays tiers qui ne respecte pas les règles représente un défi pour nous."

« La mission que vous avez vu aujourd'hui confirme que l'espace aérien de l'OTAN, c'est à dire l'espace des pays membres de l'Alliance, est sécurisé et contrôlé" explique le Lieutenant Général. "Tout pays tiers qui ne respecte pas les règles représente un défi pour nous."

Des chasseurs de huit pays différents, tous armés, ont escorté le journaliste d'Euronews, Andrei Beketov, jusqu'à Bruxelles. "Bien que les règles d'engagement diffèrent d'un allié à l'autre, l'OTAN estime que la priorité consiste à sauver des vies et à défendre les personnes" explique Andrei Beketov.

"Nous avons été escortés par huit chasseurs différents"

Pendant l'exercice, les kilomètres ont défilé. L'avion a survolé l'espace aérien de dix de ses partenaires européens, dont la France, la Hongrie, l'Allemagne, la Slovaquie et la République Tchèque.