PUBLICITÉ

Qui va gagner l'Eurovision 2024 ? Voici les prévisions d'Euronews Culture

Les prévisions d'Euronews Culture pour l'Eurovision 2024
Les prévisions d'Euronews Culture pour l'Eurovision 2024 Tous droits réservés Eurovision - YouTube
Tous droits réservés Eurovision - YouTube
Par David MouriquandTheo Farrant, Elise Morton, Anca Ulea, Jonny Walfisz
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Cet article a été initialement publié en anglais

« 12 POINTS POUR... » Si, comme nous à l'Euronews Culture, vous vous apprêtez à passer la semaine prochaine sur les rythmes d'Eurovision, voici nos pronostics quant à celui (celle, ceux... et même iels) qui remportera le micro en verre cette année.

PUBLICITÉ

Les demi-finales du Concours Eurovision de la chanson auront lieu la semaine prochaine, avant la grande finale du samedi 11 mai.

Mettant de côté toutes les controverses et les problèmes de sécurité, l'équipe d'Euronews Culture a sélectionné ses favoris pour la gloire.

Le premier choix de Theo Farrant : Nemo — The Code (Suisse)

Si je devais miser sur un gagnant de l'Eurovision cette année, ce serait « The Code » de Nemo, qui représente la Suisse.

Pourquoi ? Eh bien, tout d'abord, c'est ma chanson préférée ; une chanson incroyablement originale et entraînante. Deuxièmement, c'est actuellement le chouchou numéro un des bookmakers.

« The Code » est plutôt une tuerie. Le morceau mêle batterie et basse, pop-rap et opéra. Imaginez ce que vous obtiendriez si vous enfermiez Chase & Status, Macklemore et Pavarotti dans un studio et les obligiez à créer une chanson pour l'Eurovision. Bien que cela puisse sembler être la recette d'un désastre, le candidat suisse parvient d'une manière ou d'une autre à éviter de paraître ridicule et propose plutôt quelque chose que l'Eurovision n'avait jamais vraiment entendu auparavant. C'est à la fois dingue et génial.

La magie réside en grande partie dans la performance vocale époustouflante de Nemo, 24 ans, chanteur.se non binaire, dont je pense que nous entendrons beaucoup plus parler après la compétition. La chanson reflète leur parcours de découverte de soi et d'acceptation à travers une simple métaphore du code informatique binaire.

Bien que les paroles soient assez simples, elles sont percutantes. En gagnant progressivement en intensité, en passant d'un style à l'autre et d'une prestation vocale à l'autre, « The Code » culmine dans un paroxysme de pure grandeur orchestrale qui ferait rougir James Bond. Des cordes planantes et des batteries énergiques accompagnent Nemo alors qu'il fait irruption dans un puissant falsetto pour le chœur final.

En matière de mise en scène, la chanson a un énorme potentiel en tant que spectacle visuel. J'imagine des codes informatiques projetés sur la scène, des éclairs pyrotechniques sur les paroles « I went to Hell and back to find myself on track » et de fabuleux costumes surnaturels.

Si Nemo parvient à interpréter la chanson le soir même, ce qui serait un exploit compte tenu des lignes vocales difficiles, je pense qu'iel pourrait facilement valoir à nouveau une place dans l'histoire pour la Suisse en rejoignant des légendes précédentes telles que Lys Assia et Céline Dion.

Vous feriez mieux de commencer à économiser pour l'Eurovision 2025, car Genève n'est pas bon marché ! TF

Le premier choix d'Anca Ulea : Joost Klein — Europapa (Pays-Bas)

D'accord, parlons d' « Europapa ».

Tout d'abord, avez-vous déjà entendu un nom plus proche de l'Eurovision pour une chanson ?

La proposition néerlandaise de cette année vient de Joost Klein, 26 ans, et c'est un banger techno-pop effervescent et trois minutes de votre temps incroyablement agréables. Il a parfaitement compris sa mission et il mérite une certaine reconnaissance de la part des électeurs de l'Eurovision.

Dans le clip officiel publié le 29 février, qui a déjà été visionné plus de 21 millions de fois, Klein s'inspire de dessins animés du début des années 2000. Ses expressions exagérées et ses costumes surréalistes, dont un chapeau de cowboy de 10 gallons et un costume bleu orné d'épaulettes comiques, sont dignes d'une finale de l'Eurovision.

Mais contrairement à certains artistes de l'Eurovision au fil des ans, Klein veille à ce que sa chanson ne soit pas détachée du pays qu'il représente. Au contraire, il y a beaucoup de choses qui rendent « Europapa » très, très hollandais.

Le natif de Frise se produit devant un moulin à vent, participe à un dîner inspiré de « La Cène » avec les anciens artistes néerlandais de l'Eurovision S10 et René Froger, et rend hommage à Gabber, la sous-culture techno typiquement néerlandaise apparue dans les années 1990.

« Europapa » est donc accrocheur, c'est 'camp' et indéniablement néerlandais. Mais la vraie raison pour laquelle je pense qu'elle mérite un succès à l'Eurovision, c'est l'histoire qui sous-tend la chanson. Malgré sa surface pétillante, Europapa est une profonde réflexion sur la relation de Klein avec ses parents décédés. Les paroles mentionnent son père, décédé d'un cancer quand Klein avait 12 ans, suivi de sa mère un an plus tard. Selon Klein, la chanson est un hommage à la vision optimiste du monde qu'avait son père.

« Europapa » raconte l'histoire d'un orphelin qui voyage à travers l'Europe (et au-delà) pour se retrouver et raconter son histoire », explique Klein. « Au début, les gens ne le reconnaissent pas, mais il continue à saisir toutes les occasions qui se présentent pour se faire connaître. « Europapa » est un hommage à mon père. En m'élevant, il m'a transmis une vision globale du monde. »

PUBLICITÉ

La dernière fois que les Néerlandais ont remporté le concours de chanson, c'était en 2019, avec « Arcade » de Duncan Laurence, désormais omniprésente. Mais la bataille pour les Pays-Bas a été ardue depuis lors.

Joost Klein pourrait-il être le gagnant tant attendu par les Pays-Bas ? Les bookmakers classent actuellement le candidat néerlandais en troisième position, avec 15 % de chances de remporter la finale. Pour ma part, j'ai hâte de voir sa performance sur scène. AU

Le premier choix de Jonny Walfisz : Baby Lasagna - Rim Tim Tagi Dim (Croatie)

Je vais dire ce que nous pensons tous. Le Concours Eurovision de la chanson de l'année dernière a été truqué. Bien sûr que ça l'était. À l'occasion du 50e anniversaire de la victoire d'ABBA avec leur chanson « Waterloo » cette année, les organisateurs ont dû renvoyer la compétition en Suède. Malgré l'insistance d'ABBA à ne pas se joindre à la soirée pour une réunion sur scène à Malmö, la ville a déjà annoncé qu'elle ouvrirait « ABBA World » et le spectacle lui-même comportera un hommage massif au groupe.

Pour organiser ce match, la Suède a proposé Loreen comme candidate l'année dernière. Étant donné qu'elle a gagné en 2012 avec sa chanson « Euphoria », c'était une décision franchement antisportive. Néanmoins, sa chanson « Tattoo », jouissive mais pas très différente d'« Euphoria », lui a valu la victoire, principalement grâce au vote massif (lisez :  suspect) du jury en sa faveur.

Le vainqueur de 2023 aurait dû, bien entendu, terminer deuxième de la Finlande. La chanson « Cha Cha Cha Cha » de Käärijä s'est taillée la part du lion lors du télévote, d'une légitimité transparente. À juste titre. C'était une bouffée d'air frais avec sa combinaison d'europop chic, de métal nordique et de visuels live excentriques.

PUBLICITÉ

Nous ne pouvons pas changer le passé, mais nous pouvons l'expier par des actions futures. C'est pourquoi la Croatie mérite de gagner cette année. Après deux ans de gagnants trop prudents, c'est le pays qui compte la candidature la plus étrange à la compétition de 2024. Des bizarres gagnaient régulièrement l'Eurovision. C'est tout l'intérêt de l'Eurovision.

Avant même de parler de la chanson, il est clair que les Croates sont sur la bonne voie en élisant un groupe appelé Baby Lasagna pour les représenter. Est-ce une référence à leur voisin géographique et culturel, l'Italie ? Cela aurait presque du sens. Selon Wikipedia, Baby Lasagna — de son vrai nom Marko Purišić — a trouvé son nom alors qu'il avait mal à la tête à Novigrad. Bien sûr !

« Rim Tim Tagi Dim » a été écrit par M. Lasagna lui-même et rappelle « Cha Cha Cha Cha » de l'année dernière dans la mesure où il utilise l'esthétique typique de l'Eurovision, qui associe des instruments de heavy metal à des caractéristiques folkloriques du pays d'origine. C'est un insta-classic absurde qui se cogne la tête, qui piétine les pieds et qui chante.

Selon M. Lasagna, la chanson parle de jeunes hommes ruraux qui quittent la campagne pour saisir des opportunités dans des pays étrangers. Il est temps que ce jeune homme de la campagne soit autorisé à rentrer chez lui après Malmö, avec le concours Eurovision de la chanson avec lui pour 2025. JW

Le premier choix de David Mouriquand : Bambie Thug — Doomsday Blue (Irlande)

Je peux prévoir que l'Italienne Angelina Mango, avec sa chanson « La Noia », se portera bien cette année, et après avoir éclusé toutes les chansons du concours (mes oreilles ne me le pardonneront jamais), je dois avouer que mon collègue Theo a raison : les chances sont fortement en faveur de la Suisse. Cependant, juste pour les besoins de l'argumentation, considérez Bambie Thug, venant d'Irlande, et leur chanson « Doomsday Blue ».

PUBLICITÉ

L'artiste non binaire mi-irlandais, mi-suédois (vrai nom  - Bambie Ray Robinson) est originaire du comté de Cork, et leur chanson se distingue non seulement par son mélange électro-metal-pop qui contraste avec les sonorités des prétendants les plus évidents de l'Eurovision cette année, mais aussi par ses thèmes d'amour non partagé, de trahison, ainsi que par les diverses références occultes qui y sont présentes.

Ce n'est pas surprenant si l'on considère que la sorcellerie occupe une place importante dans la vie de Bambie Thug et qu'iel a inventé leur propre genre de musique appelé « Ouija-Pop », d'après la planche Ouija qui, ne l'oublions pas, a permis à Regan de communiquer avec le capitaine Howdy. Je m'arrête là, sinon cette prédiction se transformera en une autre de mes tirades sur le fait que L'Exorciste est le meilleur film de tous les temps.

La magie peut être entendue dès l'incantation initiale « Avada Kedavra, je parle pour détruire/Les sentiments que j'ai, je ne peux pas les éviter/À travers des langues tordues, un sort est déployé sur toi ».

Qui n'a jamais pensé à ensorceler un ex ? Sois honnête, maintenant. C'est immédiatement pertinent.

Et oui, avant que tout le monde ne revisite sa cape gothique Barbiecore, Bambie a abordé le fait que la « malédiction meurtrière » popularisée par la franchise Harry Potter semble quelque peu étrange en raison de la position controversée de J.K. Rowling sur les questions transgenres. Iel a déclaré qu'iel n'était « pas fan » de l'auteur, mais plutôt « adeptes de la maîtrise du langage ».

PUBLICITÉ

Maintenant que c'est terminé, l'histoire de Bambie mérite également d'être approfondie. Selon Bambie, iel a initialement postulé pour l'Eurovision 2024 pour « effacer » un souvenir d'avoir été violé.e en mai 2023 par une connaissance. En étant sélectionné cette année, iel est devenu.e premier.e participant.e non binaire à l'Eurovision (lors de la sélection, c'est-à-dire qu'iel rejoigne le Nemo susmentionné cette année pour cette distinction), ce qui mérite à la fois d'être célébré et quelque peu surprenant compte tenu de la représentation et du suivi LGBTQIA+ du concours.

Et si vous aviez besoin d'une autre raison pour défendre Bambie Thug, sachez que leur inclusion à l'Eurovision a permis à certaines personnalités irlandaises conservatrices de sortir de leurs cryptes merdiques, beaucoup qualifiant Bambie de trop « woke » et de trop « satanique » pour représenter l'Irlande. Un prêtre catholique irlandais, le père Declan McInerney, a même critiqué Bambie et a prononcé un sermon sur le fait que « le pauvre diable ne sait ni chanter ni danser ».

C'est faux, padre. S'il y a une chose que le diable peut faire, c'est le boogie. Et l'Eurovision pourrait se contenter d'un peu plus de noirceur, d'un soupçon de désespoir apaisant et de bien plus de cris de sorcières sur des refrains pop et des riffs de guitare. Votez Bambie Thug. DM

Le premier choix d'Elise Morton : alyona alyona et Jerry Heil - Teresa & Maria (Ukraine)

Je suis fan depuis longtemps des superstars ukrainiennes alyona alyona et Jerry Heil, donc une candidature à l'Eurovision mettant en vedette les deux était forcément gagnante à mon avis !

Leur titre, « Teresa & Maria », est tout aussi bon que leurs précédentes collaborations, alyona alyona démontrant ses talents de rappeuse aux côtés de la voix distinctive de Jerry Heil.

PUBLICITÉ

De plus, leur chanson très entraînante célèbre le courage et la force des femmes, et nous rappelle que même les plus grandes « divas » de l'histoire n'étaient que des « êtres humains »... Comment ne pas aimer ?

Le geek linguistique qui sommeille en moi aime aussi le fait que la chanson soit en grande partie en ukrainien, une langue que j'ai étudiée pendant un an à l'université et que j'aime toujours beaucoup entendre. Le fait d'entendre différentes langues, plutôt que tout soit en anglais, rend toujours l'Eurovision beaucoup plus intéressante.

Pour découvrir le travail solo de ces deux artistes très différents mais tout aussi géniaux, je vous conseille d'écouter « Big and Funny » d'alyona alyona et « Dream » de Jerry Heil, qui est devenu célèbre pour la première fois en publiant des vidéos d'elle-même en train de chanter sur YouTube.

La chanson ukrainiene de l'année dernière, « Heart of Steel » de Tvorchi, s'est classé sixième, mais j'espère que l'Ukraine pourra gagner une place parmi les cinq premiers, voire même remporter la victoire, comme le Kalush Orchestra en 2022. Les bookmakers suggèrent qu'ils ont une chance ! EM

Les demi-finales du Concours Eurovision de la chanson auront lieu les mardi 7 et jeudi 9 mai avant la grande finale le samedi 11 mai.

PUBLICITÉ
Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

La Suède sous pression pour l'Eurovision

No Comment : se prendre pour un membre d'ABBA à l'occasion de l'Eurovision

Suède : les autorités font la chasse aux rats avant la tenue de l'Eurovision