DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Plongez dans le passé grâce à la réalité augmentée !

Vous lisez:

Plongez dans le passé grâce à la réalité augmentée !

Plongez dans le passé grâce à la réalité augmentée !
Taille du texte Aa Aa

Dans cette édition de Futuris, nous découvrons un projet de recherche européen qui a pour but de redonner forme aux vestiges englouties de civilisations perdues grâce aux nouvelles technologies de la réalité augmentée. Notre reporter Denis Loctier s'est rendu sur un site de test en Italie pour examiner en profondeur comment cela fonctionne !

Il y a deux mille ans près de la côte napolitaine se trouvait une station balnéaire romaine : Baia. Aujourd'hui, il faut plonger dans la mer à quelques centaines de mètres de la côte pour apercevoir les ruines des villas de l'époque. Et bientôt, vous aurez besoin de votre tablette pour rendre votre exploration encore plus réaliste.

"Grâce à ce système, les plongeurs peuvent connaître leur position sous l'eau," indique Fabio Bruno, professeur associé de prototypage virtuel de l'Université de Calabrie, l'un des partenaires d'un projet de recherche européen dédié aux outils de réalité virtuelle baptisé i-MareCulture. "Ce qui normalement, est impossible puisque les signaux GPS se dissipent sous la surface," précise-t-il.

Le passé comme si vous y étiez

La tablette placée dans un boîtier étanche reçoit des signaux acoustiques émis par des balises sous-marines.

Grâce à une application spécifique, le plongeur peut se localiser précisément sur une carte et trouver son chemin vers les sites les plus intéressants comme l'un sur lesquels notre reporter Denis Loctier a accompagné les scientifiques du projet et où l'on peut voir un sol en mosaïque d'une ancienne villa romaine.

"On peut voir sur la tablette, une carte qui indique où on se trouve, ce qu'on peut voir et ce que les ruines représentent," ajoute Fabio Bruno. "Et en plus de cela," dit-il, "notre équipe a réalisé une première en proposant une solution qui permet d'utiliser la réalité augmentée sous la mer."

L'application développée dans le cadre de ce projet recrée la villa en 3D sur la tablette. Le plongeur peut ainsi évoluer dans la cité virtuelle à mesure qu'il avance dans les ruines. Des QR codes peuvent être placés au fond pour offrir aux touristes, une expérience encore plus immersive.

Mais qu'en est-il de ceux qui ne font pas de plongée ? "Beaucoup de personnes ne peuvent pas plonger, ni aller voir les vestiges engloutis," reconnaît Dimitrios Skarlatos, coordinateur d'i-MareCulture et professeur assistant en photogrammétrie à l'Université technologique de Chypre. "Donc on essaie de se servir de nombreux outils de réalité virtuelle différents pour rendre cette information plus accessible au grand public," souligne-t-il.

Casque de réalité virtuelle

Au musée archéologique local, on peut voir sur la terre ferme comment cette visite 3D fonctionne.

Un casque stéréo permet à l'utilisateur d'entrer dans un monde virtuel réaliste. Il peut découvrir les villas dans leur splendeur passée ou retourner au présent en plongeant au cœur des ruines immergées sans se mouiller.

Cette visite virtuelle sera possible dans des musées, des écoles ou chez soi si l'on dispose de l'équipement nécessaire.

"On peut véritablement évoluer au milieu des objets qui n'existent plus, écouter des informations sur ces objets et même croiser des personnages en costume d'époque," précise Selma Rizvic, professeur d'infographie à l'Université de Sarajevo avant d'ajouter : "On veut offrir au public, une expérience immersive vraiment inestimable et sa réalisation n'est plus si coûteuse."

Simulateur pour archéologue

Au-delà de la mise en valeur du patrimoine historique auprès du plus grand nombre, ces technologies de réalité virtuelle ont permis aux chercheurs de développer un simulateur qui permet aux archéologues de s'entraîner à réaliser des fouilles sur des sites immergés.

"On veut faire passer des informations auprès du grand public, mais aussi fournir un outil aux futurs archéologues et conservateurs de musée pour qu'ils puissent apprendre plus rapidement et plus facilement, les gestes appropriés en étant dans un environnement contrôlé," déclare Fotios Liarokapis, professeur associé de réalité virtuelle et de réalité augmentée à l'Université de Masaryk. "C'est très difficile de former quelqu'un quand on doit se rendre sur un site sous-marin : grâce à cette technologie, la formation sera, j'espère, plus efficace," conclut-il.

Plus de futuris