PUBLICITÉ

Brexit : l'appel au calme de Theresa May

Brexit : l'appel au calme de Theresa May
Tous droits réservés 
Par Euronews
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

Theresa May appelle ses ministres à ne pas perdre leurs nerfs au moment où les négociations du Brexit exacerbent les divisions au sein de la classe politique.

PUBLICITÉ

La première ministre britannique appelle son cabinet à ne pas céder à la panique au moment où les négociations avec Bruxelles patinent et les partisans d'un Brexit dur font campagne contre le projet défendu par Theresa May.

À l'issue de la réunion gouvernementale, le ministre chargé du Brexit a pris la parole devant la presse.

Dominic Raab, ministre britannique en charge du Brexit : "La Première ministre a été très claire : nous allons garder notre calme, maintenir la pression sur les critiques exprimées par l'Union européenne alors qu'ils ne proposent aucune alternative. Nous n'allons pas perdre nos nerfs et continuer à négocier de bonne foi."

La question du Brexit divisent autant les Conservateurs que les Travaillistes.

Réuni en congrès à Liverpool, le Labour a relégué la possibilité d'un second référendum au rang d'une option possible mais préconise plutôt la tenue d'élections générales en cas d'échec des négociations.

John McDonnell, député travailliste : "Soyons clair : nous avons fait campagne contre le Brexit, nous avons perdu, nous avons perdu ce référendum. Nous devons le respecter. Le gouvernement, est-il maintenant capable d'obtenir un accord acceptable, voilà la question. Si ce n'est pas le cas, nous devons avoir des élections. Le gouvernement doit être tenu responsable pour ce qu'il a fait ces dernières années."

Le second référendum envisagé par les dirigeants du Labour porterait uniquement sur la nature de l'accord avec Bruxelles.

Cette solution frustre une large partie des militants travaillistes qui préféreraient un nouveau vote sur le Brexit lui-même.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

The Brief from Brussels : le ton monte sur le Brexit

Ces britanniques qui se préparent à devenir belge en vue du Brexit

La Norvège modèle pour le Brexit ?