EventsÉvènementsPodcasts
Loader
Find Us
PUBLICITÉ

La saisie des aides allégée pour le Rassemblement national

La saisie des aides allégée pour le Rassemblement national
Tous droits réservés REUTERS/Christian Hartmann
Tous droits réservés REUTERS/Christian Hartmann
Par Anne-Lise Fantino
Publié le
Partager cet articleDiscussion
Partager cet articleClose Button
Copier/coller le lien embed de la vidéo de l'article :Copy to clipboardLien copié

La justice a réduit le montant des subventions publiques saisies de deux à un million d'euros, mais a confirmé son principe dans l'affaire des emplois fictifs présumés au parlement européen, qui entache le parti de Marine Le Pen.

PUBLICITÉ

En France, la justice confirme la saisie des aides publiques versées au rassemblement national, dans l'affaire des assistants parlementaires européens.

Le parquet a annoncé le maintien de cette mesure, réduite de deux à un million d'euros cependant, qui vise le parti de Marine Le Pen.

L'ex-Front national avait saisi la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Paris pour demander l'annulation de cette décision. Mise en examen pour abus de confiance, tout comme son parti, la dirigeante frontiste a multiplié les sorties médiatiques, et agité la menace d'une disparition de sa formation politique ces dernières semaines.

Le parquet financier soupçonne la dirigeante d'avoir organisé "de manière délibérée" un "système de détournement" des fonds de l'Union réservés à l'emploi d'assistants parlementaires, afin de réaliser des économies sur la masse salariale du parti.

Le Parlement européen, qui a saisi la justice il y a deux ans, évalue son préjudice à près de 7 millions d'euros entre 2009 et 2017. L'ordonnance des magistrats pointait une "l'absence totale ou quasi-totale de travail d'assistants parlementaires".

Aujourd'hui, l'avocat du parti d'extrême droite a indiqué qu'il formerait un pourvoi devant la Cour de cassation pour demander à la justice d'annuler la saisie des subventions publiques.

Partager cet articleDiscussion

À découvrir également

Prêt russe au RN en 2014 : Marine Le Pen dit n'avoir "rien à se reprocher dans cette affaire"

Affaire des kits de campagne de 2012 : l'Etat réclame plus de 11 millions d'euros

Ouverture du procès sur les financements de campagne du Front National