DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les antibiotiques pas automatiques pour les animaux

Vous lisez :

Les antibiotiques pas automatiques pour les animaux

Les antibiotiques pas automatiques pour les animaux
Taille du texte Aa Aa

L'Union européenne veut réduire l'utilisation d'antibiotiques pour les animaux d'élevage. L'objectif est de lutter contre la résistance antimicrobienne et préserver la santé humaine. Cette idée Hubert del Marmol l'applique depuis 9 ans dans sa ferme bio en Belgique. Ici les 35 vaches ne sont pas vaccinées de façon préventive. Un choix qui se révèle payant. "Certains médecins envoient leurs patients ici parce qu'ils disent: mangez moins de viande mais de la viande de qualité, en tout cas bio et de qualité. C'est évident si on veut réduire son ingestion de produits nocifs pour la santé", explique-t-il.

La taille limitée du cheptel est aussi un facteur important. Un nombre restreint de bêtes réduit en effet les risques de contamination souligne l’éleveur. D’ailleurs Hubert del Marmol fait peu appel à son vétérinaire, uniquement pour les prises de sang annuelles de ses Limousines ou lorsque l’une d’elles est blessée.

En 2015 l'utilisation d'antibiotiques vétérinaires était deux fois plus élevée que pour la médecine humaine. Afin de protéger au mieux les citoyens de l'Union, le texte prévoit aussi l'application du principe de réciprocité avec les pays tiers. "Nous ne pourrons pas importer des viandes provenant de pays tiers qui ne respecteraient pas ces normes-là, c'est à dire nos standards", insiste Françoise Grossetête, rapporteure du texte au Parlement européen. L’entrée en vigueur de la réglementation est prévue au plus tard en 2022.