DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Top 14: Bordeaux-Bègles hausse le ton

Vous lisez :

Top 14: Bordeaux-Bègles hausse le ton

Top 14: Bordeaux-Bègles hausse le ton
Taille du texte Aa Aa

Bordeaux-Bègles, aux performances mitigées depuis le début de la saison, a haussé le ton dimanche, s'offrant le bonus offensif après la sirène contre Lyon, jusqu'ici meilleure défense du Top 14 (35-13), lors de la 8e journée.

L'UBB, pleine de détermination et d'application malgré des conditions de jeu rendues difficiles par la pluie, le vent et le froid, a fait cavalier seul avec quatre essais dont le dernier, synonyme de point supplémentaire, inscrit trois minutes après la sirène par Lesgourgues.

gi

"C'est un match avec beaucoup de conviction car on n'a jamais lâché, on est allé jusqu'au bout, ensemble", s'est félicité son manager anglais Rory Teague. "Un match complet avec des fautes qu'il faut encore corriger", citant "la manière, l'attitude, la volonté" comme fondements de ce succès.

Il permet à ces hommes désormais 5e de revenir à hauteur du Racing (4e) et de devancer d'une unité son adversaire du jour (6e), qui enchaîne un troisième revers d'affilée Coupe d'Europe incluse.

Le LOU, bien que vainqueur à l'extérieur à deux reprises déjà cette saison, n'a cette fois rien pu faire face au gros appétit local.

"On a un peu un sentiment de honte, a résumé son manager Pierre Mignoni. C'était nul, catastrophique. Une bouillie de rugby et une bouillie d'envie. Je n'ai pas trop reconnu mes joueurs. Cela faisait longtemps que l'on n'avait pas fait un match comme cela".

"On a déjà connu ces passages un peu à vide, j'espère que cela est un accident, que cela sera un mal pour un bien", a-t-il poursuivi.

Perméable défensivement, les Lyonnais ont subi sur chaque accélération bordelaise et son essai de la révolte signé Wulf (71e) n'a pas fait trembler son hôte.

- "Match référence" -

Mis rapidement sur orbite par un essai de Serin (9e) à la conclusion d'une énorme charge de Amosa, très en vue ce dimanche, suivi d'un relais de Roumat, l'UBB a parfaitement géré son premier acte disputé face au vent, malgré une touche moyenne, face à des Lyonnais privilégiant l'occupation.

Elle a même accéléré au retour des vestiaires devant un adversaire rapidement sur le reculoir et fautif, à l'image d'Ivaldi sanctionné d'un carton jaune pour un plaquage aux chevilles (51e), profitant à plein de son avantage numérique.

Tour à tour, Radradra s'envolait sur 25 mètres en déchirant trois plaquages pour inscrire son premier essai de la saison. Il était imité cinq minutes plus tard par Diaby, l'homme en forme de l'automne, qui s'échappait derrière une pénaltouche (28-6, 62e).

Comme dans un rêve. "On s'est dit les choses cette semaine, il fallait qu'on se pique", a admis l'arrière bordelais Nans Ducuing.

Le bonus offensif en poche, les Girondins se sont mis alors à gérer et en déjouant un peu, ont été punis à neuf minutes du terme par Wulf.

Volontaire, l'Union est repartie de plus belle, à l'image de ce ballon remonté à la main sur plus de 70 mètres aboutissant à une pénalité à 15 mètres de la ligne visiteuse. Elle optait pour la mêlée avec Lesgourgues à la baguette qui grillait toute la défense adverse pour finir dans l'en-but.

"C'est sans doute notre match référence aujourd’hui. On est une bonne équipe, il suffit qu'on en ait conscience", a conclu le flanker Diaby.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.