DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Centenaire 14-18 : faits et chiffres surprenants de la Grande Guerre

Vous lisez :

Centenaire 14-18 : faits et chiffres surprenants de la Grande Guerre

Le jour de l'armistice à Paris
@ Copyright :
Domaine public - Agence Rol via Gallica, Bibliothèque nationale de France - Les Grands boulevards le jour de l'armistice [la foule en liesse à l'occasion du 11 novembre 1918
Taille du texte Aa Aa

Précisons tout de suite que les chiffres sur la Première Guerre mondiale sont assez approximatifs : à l'époque, les sources étaient souvent peu fiables à cause de la propagande dans tous les camps et depuis, les historiens ont du mal à se mettre d'accord.

Ceci étant écrit, le nombre total de soldats tués au combat est estimé à environ 10 millions, le nombre global de morts civils à environ 9 millions.

Le but de cet article n'est pas de vous asséner des tonnes d'informations - elles sont depuis longtemps disponibles dans de nombreux livres et revues d'histoire - mais d'attirer votre attention sur des faits qu'on a peu souligné ou oublié, des comparaisons qui peuvent être intéressantes, des détails qui sont surprenants... Nous avons rassemblé ces infos sous le titre simple, et sans prétention, de :

SAVIEZ-VOUS QUE

Une dizaine de pays (seulement) s'en vont en guerre dès l'été 1914, mais cela représente plus de 800 millions d'habitants, c'est à dire la moitié de la population mondiale à ce moment-là.

Quand arrive enfin l'Armistice, seuls une vingtaine de pays dans le monde ont réussi à rester neutres au cours de la Grande Guerre : ils se trouvent principalement en Amérique latine et en Europe du nord.

Mobilisation générale ! Plus de 8 millions de Français vont être envoyés au front tout au long du conflit, contre bien plus d'Allemands, 13 millions en tout.

Le Royaume-Uni va fournir 9 millions d'hommes, dont 1,4 million recrutés dans son empire, surtout en Inde. La France puisera moins de combattants, environ 600 000, dans ses propres colonies en Afrique, notamment au Maghreb.

La Russie établira un record dès ce premier conflit mondial en mobilisant 18 millions de personnes. Logiquement, elle paiera le plus lourd tribut avec 2 millions de morts, autant que les pertes humaines en Allemagne.

SAVIEZ-VOUS QUE

Chiffre très parlant sur la boucherie collective : près de 900 soldats français sont tombés chaque jour tout au long de la guerre. Bilan final de 1,4 million de morts et de 4,2 millions de blessés.

Mais en proportion, c'est la Serbie, la première à affronter l'Autriche-Hongrie, qui a été la plus durement frappée : sa petite armée a perdu 130 000 hommes, 135 000 ont également été blessés, soit les trois quarts de ses effectifs.

L'artillerie est devenue le principal instrument de mort : en quatre ans, 1,3 milliard d'obus ont été tirés. En France par exemple, on est passé de 12 000 obus fabriqués quotidiennement en septembre 1914 à 300 000 en 1918.

SAVIEZ-VOUS QUE

Le 22 avril 1915, un nuage mortel flotte dans l'air près d'Ypres, en Belgique. C'est la première attaque au gaz de l'Histoire, lancée par les Allemands. Elle asphyxie d'un coup près de 5 000 soldats français.

Il s'agit de chlore, remplacé plus tard par du phosgène, encore plus mortel et vicieux puisqu'il tue plusieurs heures après avoir été inhalé par sa victime.

Ainsi, ce n'est qu'en juillet 1917 que le tristement célèbre gaz moutarde va entrer en scène, toujours à Ypres et toujours "testé" par l'armée allemande. Il dégage une odeur piquante - de là son nom de moutarde -, il est huileux et s'attaque à la peau. Les militaires, cyniques, le surnomment "le roi des gaz de combat".

Ces gaz ont provoqué la mort de 20 000 soldats dans d'atroces souffrances. Ils ont déclenché une telle terreur dans les tranchées qu'ils sont entrés à jamais dans la mémoire la plus sombre du premier conflit mondial.

SAVIEZ-VOUS QUE

C'est en grande partie le sang des paysans - la société française était très rurale au début du XXème siècle - qui a "abreuvé nos sillons" lors de la Première Guerre mondiale. En 1918, près de la moitié des pertes militaires de la France est issue du monde agricole. Et plus de trois millions d'hectares de terres cultivables sont ravagées par les combats.

Dès le 7 août 1914, les Françaises vont entrer en action. C'est le président du Conseil d'alors, René Viviani, qui le premier appelle les paysannes à remplacer "sur le champ du travail ceux qui sont sur le champ de bataille". Selon des sources historiques, un tiers des exploitations agricoles sont dirigées par une femme au cours de la guerre.

Et les femmes vont aussi rapidement remplacer les hommes dans les usines, spécialement dans l'armement, au point d'être surnommées "les munitionnettes". En 1918, elles sont 400 000 à travailler dans ce secteur en France, cela représente un quart de la main d'oeuvre.

Partout en Europe, les femmes vont devenir également conductrices de tramways, employées des Postes et des banques, institutrices dans des écoles de garçons, voire livreuses de charbon, serveuses de café... Cent ans plus tard, cela paraît évident, mais à l'époque, c'était du jamais vu !

En 1918, merci et au revoir ! Sans honte, les hommes les renvoient dans leurs foyers pour reprendre les travaux auxquels la société patriarcale les a abonnées.

De plus, les Françaises et les Italiennes devront patienter jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale pour voter. Les Britanniques, les Allemandes, les Américaines, plus respectées, obtiendront le droit de vote à la sortie de 14-18.

SAVIEZ-VOUS QUE

La journée la plus sanglante de toute l'histoire de l'armée française n'a pas eu lieu pendant la bataille de Verdun, ou celle de la Somme, en 1916, mais dès le 22 août 1914 : 27 000 Poilus tués en 24 heures.

Toutefois, la plus grande bataille est bien celle de la Somme, avec 1,2 million de victimes. L'impressionnant mémorial de Thiepval ( 45 mètres de haut) est le plus grand du Commonwealth dans le monde. Les noms de 72 000 soldats du Royaume-Uni et d'Afrique du Sud, portés disparus entre 1914 et 1918, y sont gravés.

Toujours dans la Somme, le Parc commémoratif terre-neuvien est dédié aux Canadiens du 1er bataillon du Newfoundland Regiment. Le 1er juillet 1916, ils ont été sacrifiés, anéantis : en 25 minutes, 86% d'entre eux étaient morts.

SAVIEZ-VOUS QUE

70% des effectifs de l'armée française, dont ceux des forces coloniales, ont connu l'enfer de Verdun. En face, pas de relève, ce sont presque toujours les mêmes unités allemandes qui ont tenu et souffert pendant les dix mois de la bataille.

Les fameux tirailleurs sénégalais n'étaient pas seulement recrutés dans ce pays mais aussi dans des régions qui correspondraient actuellement aux territoires du Mali, du Burkina Faso et de la Guinée. Pourquoi les qualifiait-on de "tirailleurs" ? On le sait peu... Parce que lors des premiers entraînements, beaucoup rataient leur cible et les gradés français se moquaient d'eux, en disant : "Ils tirent ailleurs !".

Pendant l'offensive du Chemin des Dames, dans l'Aisne en avril 1917, environ 6 000 de ces courageux combattants ont péri, 1 400 rien que le premier jour. Le général Charles Mangin, qui commandait la sixième armée française, s'est vu ainsi attribuer le surnom de "boucher des Noirs".

Au total, 200 000 soldats noirs des colonies ont servi sous le drapeau français tout au long de la guerre, environ 30 000 ne sont pas revenus vivants. Pour leur rendre hommage, deux monuments jumeaux ont été érigés à la fois à Reims, dans la Marne, et à Bamako, la capitale du Mali. En envahissant la France en 1940, l'armée du IIIe Reich s'est empressée de détruire celui de Reims. Ce n'est qu'en 1963 que deux obélisques ont été construits en lieu et place.

SAVIEZ-VOUS QUE

La vengeance du régime nazi s'est exercée sur plusieurs autres monuments et sites commémoratifs de France :

- A Morhange, une ville de Moselle théâtre de la première grande bataille de l'armée française, en août 1914, l'obélisque a été abattu; il a été reconstruit en 1964.

- "Ici triompha la ténacité du poilu", cette phrase inscrite sur le monument de la Pierre d'Haudroy, dans l'Aisne, n'a apparemment pas plu à l'occupant allemand. L'ouvrage a été dynamité en 1940, reconstruit en 1948.

- Et puis surtout, symbole suprême, le wagon du maréchal Foch, où avait été signé l'Armistice du 11 novembre 1918 à Rethondes, dans une clairière de la forêt de Compiègne (dans l'Oise), a été transporté en Allemagne en 1940 puis détruit sur ordre d'Adolf Hitler. Un wagon à l'identique l'a remplacé et abrite maintenant un musée.

Des centaines de cimetières militaires, de nécropoles et autres lieux de mémoire jalonnent le nord-est de la France et la Belgique. 139 d'entre eux pourraient entrer au patrimoine mondial de l'Unesco, réponse en 2021.

Le seul monument qui rassemble tous les belligérants de la Grande Guerre dans la mort est l'Anneau de mémoire, situé au pied de la nécropole de Notre-Dame-de-Lorette (dans le Pas-de-Calais). 600 000 noms de victimes, de toutes nationalités, sont gravés côte à côte.

SAVIEZ-VOUS QUE

La Légion étrangère, unité très spécifique de l'armée française, s'est distinguée durant cette longue guerre car elle a pu enrôler des hommes de 50 nationalités différentes, 30 000 au total.

Le plus célèbre de ces légionnaires est l'écrivain suisse Blaise Cendrars, volontaire dès 1914 pour répondre à un appel "aux amis de la France". Cet appel s'adressait aux étrangers ayant, selon les termes employés, "appris à la chérir (la France) comme une seconde patrie" et à "lui offrir leurs bras". Cette phrase prémonitoire ne s'invente pas : Cendrars, grièvement blessé, a justement perdu un avant-bras au cours des combats. Il le raconte dans son récit "La Main coupée".

Parmi ses frères d'armes se trouvait un autre écrivain, l'Italien Curzio Malaparte, né pourtant de père allemand. Engagé à 16 ans, il rejoint finalement l'armée italienne, alliée de la France et du Royaume-Uni, lorsque son pays entre en guerre.

Un compatriote italien, Lazare Ponticelli, est pour sa part entré tardivement dans l'histoire de la Grande Guerre. Naturalisé en 1939, il a été le dernier Poilu à mourir en France, le 12 mars 2008.

Lors de la bataille sanglante, mais parfaitement inutile, pour contrôler la crête stratégique des Éparges, dans la Meuse, en février et mars 1915, ce sont encore deux écrivains qui se trouvaient face à face sans le savoir : côté français, Maurice Genevoix, côté allemand, Ernst Jünger; chacun de leur bord, ils témoigneront dans leurs livres de la même horreur.

Avant d'être général, Charles de Gaulle était capitaine pendant la Grande Guerre mais le 2 mars 1916, il est blessé près de Douaumont, dans la Meuse. Sa première guerre s'arrête là car il restera prisonnier jusqu'en 1918.

SAVIEZ-VOUS QUE

C'est en fait le 7 novembre 1918, précisément à 20H20, à La Flamengrie, dans l'Aisne, qu'est donné l'ordre au caporal-clairon français Pierre Sellier de sonner le premier cessez-le-feu. Il faudra attendre le 11 novembre, symboliquement à 11 heures, pour que tous les clairons présents sur la ligne de front sonnent à l'unisson l'Armistice officiel.

Augustin Trébuchon est le plus malchanceux de tous les Poilus. Le 11 novembre, à Vrigne-Meuse, dans les Ardennes, cet agent de liaison reçoit une balle en pleine tête. Le drame survient 10 minutes avant 11 heures.

Les conséquences de la soi-disant "der des ders" ont aussi largement endeuillé le monde. Les exodes - 10 millions de déplacés en Europe - les famines, le génocide arménien, la révolution en Russie et les conflits régionaux de l'après-guerre ont fait entre 5 et 10 millions de morts.

A quoi il faut ajouter la pandémie mondiale de grippe dite "espagnole" qui fera encore des dizaines de millions de victimes en Europe.