DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Manfred Weber s'engage à "faire respecter l'état de droit"

Vous lisez :

Manfred Weber s'engage à "faire respecter l'état de droit"

Manfred Weber s'engage à "faire respecter l'état de droit"
Taille du texte Aa Aa

Le correspondant d’Euronews DarrenMcCaffrey a pu interviewer Manfred Weber juste après sa désignation comme tête de liste PPE pour les prochaines européennes. Il lui a d’abord demandé comment il en était arrivé là.

Manfred Weber :"C’est l’offre que j’ai proposée qui a gagné. J’ai dit aux délégués que je suis un vrai chrétien-démocrate. Je crois aux valeurs de mon parti, de mon mouvement. Je veux être un constructeur de ponts en Europe. Il nous faut construire l’Europe ensemble. Et pour cela, je dis qu’il faut avoir une pratique démocratique qui est fondamentale pour reconnecter Bruxelles aux citoyens de l’Union européenne."

Manfred Weber a aussi reçu le soutien de Viktor Orban, pourtant à la marge de la famille conservatrice de puis quelques mois, et récemment sanctionné par le Parlement européen. Un soutien embarrassant ?

Manfred Weber :"L’option nucléaire, celle consistant à se battre pour l’état de droit et les principes fondamentaux a été activée par moi et beaucoup de collègues du PPE, qui avons voté pour cela au Parlement. Donc il n’y aucun traitement de faveur quand ça touche aux principes, qu’on soit membre ou non du PPE. A l’avenir, je vais même demander l’imposition de ces règles d’état de droit, avec de possibles sanctions. Nous devons trouver un mécanisme qui garantit aux Européens que nos principes de bases soient respectés par tous."

Manfred Weber est désormais le chef de file du plus grand groupe parlementaire que compte le Parlement de l’Union et qui espère bien conserver ses positions après les élections de mai prochain. Mais beaucoup voient dans ce succès une victoire pour Viktor Orban. Beaucoup attendent désormais quelle sera sa réaction , celle du PPE et du Parlement alors que la Hongrie se trouve sous le coup de l’article 7 de l’UE concernant l’état de droit.