DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Première attaque en Espagne d'une ourse lâchée en octobre en France

Vous lisez :

Première attaque en Espagne d'une ourse lâchée en octobre en France

Première attaque en Espagne d'une ourse lâchée en octobre en France
Taille du texte Aa Aa

L'une des deux ourses lâchées en octobre dans les Pyrénées-Atlantiques en France a attaqué pour la première fois une brebis en Espagne, en Navarre, a-t-on appris jeudi auprès du gouvernement de cette région du nord du pays.

"Le 12 novembre, un éleveur, propriétaire d'un élevage à Uztarroz" non loin de la frontière française, a "informé (les autorités) d'une probable attaque d'une bête de son troupeau par un ours", a indiqué le gouvernement de Navarre dans un communiqué transmis à l'AFP.

gi

Après des analyses effectuées par les gardes forestiers, "la première attaque d'une des ourses lâchées en France" a été considérée comme "prouvée", a-t-il poursuivi en précisant que la préfecture de Pau (Pyrénées-Atlantiques) en avait été informée.

Les autorités de Navarre indiquent par ailleurs qu'elles vont annoncer une série de mesures la semaine prochaine visant à éviter les attaques et épauler les éleveurs.

Deux ourses slovènes, Claverina et Sorita, ont été réintroduites dans les Pyrénées-Atlantiques les 4 et 5 octobre malgré l'opposition des éleveurs locaux qui ont mené des battues pour tenter de les faire fuir, de préférence vers l'Espagne voisine.

L'arrivée de ces ourses avait été promise par le précédent ministre de la Transition écologique Nicolas Hulot, alors que l'Union européenne avait mis en demeure fin 2012 la France pour avoir manqué à ses obligations de protection de cette espèce.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.