DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Route du Rhum: Tripon troisième avec les tripes

Vous lisez :

Route du Rhum: Tripon troisième avec les tripes

Taille du texte Aa Aa

Sévèrement malmené durant 11 jours, Armel Tripon a tout donné pour accrocher jeudi la troisième place de la Route du Rhum, derrière les deux grands héros de cette 11e édition, Francis Joyon et François Gabart.

A la barre d'un bateau bien plus petit que le vainqueur et son dauphin, Tripon (Réauté Chocolat) a coupé la ligne après 11 jours 7 heures et 32 minutes de traversée de l'Atlantique en solitaire, soit 3 j 17 h 10 min de plus que Joyon (Idec Sport), qui s'est imposé dimanche après un mano a mano d'anthologie avec Gabart (Macif), devancé seulement de 7 minutes. Tous deux étaient à bord de maxi-trimarans de 32 m, les Ultimes.

gi

D'autres arrivées devraient jalonner la journée de vendredi, lors de laquelle le navigateur Lalou Roucayrol, qui a chaviré mercredi, devrait être secouru par un concurrent.

Tripon, marin professionnel nantais de 43 ans aligné dans la classe des Multi50 (multicoques de 15 m), a vécu un enfer sur l'eau, surtout lors de la nuit qui a précédé sa belle performance pour la 20e transatlantique de sa carrière.

"Cette troisième place est barge. Il y a deux Ultimes devant et un tout petit Multi50 sur le podium. Celle-là, elle restera. C'est magnifique. C'est juste dingo de se dire que c'est sur ces petits bateaux car quand on est au large là-dessus, on n'en mène pas vraiment large parfois. Réussir à être sur la troisième place du podium c'est incroyable", s'est-il réjoui, les traits tirés mais avec un grand sourire.

- "Trou noir" -

Papa de trois garçons et n'ayant pas baigné petit dans la course au large, il participait pour la deuxième fois à la Route du Rhum. En 2014, il s'était engagé en Imoca, les monocoques de 18 mètres du mythique Vendée Globe (course autour du monde) et avait pris la 4e place de sa catégorie après 13 jours et 1 heure de course.

"On a poussé un peu loin sur des bateaux assez fatigants nerveusement, exigeants, enfin si on veut les faire avancer vite. Ces derniers jours on a eu des conditions vraiment pas faciles. Cette dernière nuit, je ne savais plus du tout où j’habitais. Je ne sais même plus ce qu’il s’est passé. Un trou noir pendant quelques heures, avec l’impression d’avoir du monde à bord. Je me demandais ce que je faisais là, c’est assez curieux", a-t-il raconté.

Derrière lui, Erwan Le Roux (Fenêtréa-Mix Buffet) ne devrait pas toucher au but avant vendredi 13h00 locales (18h00 en métropole). Mais avant lui, le Britannique Alex Thomson (Hugo Boss) devrait arriver en vainqueur de sa catégorie (classe Imoca, monocoques de 18 m).

La star galloise du Vendée Globe (course autour du monde en Imoca) devrait s'offrir une belle victoire sur la plus célèbre des transat françaises, vendredi vers 06h50 locales (11h50 de Paris, 10h50 GMT).

Il s'agit de sa première participation, lui qui a déjà pris le départ de quatre Vendée Globe.

- Le premier monocoque arrive -

Le Britannique est lancé à pleine vitesse, suivi de trois Français, Paul Meilhat (SMA), Yann Eliès (Ucar-Saint-Michel) et Vincent Riou (PRB) qui ne sont pas en mesure de lui contester la victoire.

Vendredi, le navigateur Lalou Roucayrol, dont le multicoque de 15 m (catégorie Multi50) a chaviré mercredi dans une mer violente, devrait être secouru par un concurrent français, Pierre Antoine, à bord du trimaran Olmix (catégorie RhumMulti), qui a été dérouté à la demande de la direction de course.

"J'attends Olmix demain (vendredi). Je suis en train de dériver", a dit le skipper de 54 ans, lors d'une vacation jeudi avec le PC course.

C'est la 3e fois dans l'histoire de la Route du Rhum, course transatlantique en solitaire créée en 1978, qu'un concurrent porte assistance à un autre concurrent. En 2002, Karine Fauconnier avait été secourue par Bob Escoffier et en 1982, c'est Olivier Moussy qui était venu à la rescousse de Ian Johnston.

Roucayrol vit, lui, son 4e chavirage. En 2013, lors de la Transat Jacques-Vabre (course en double), ce même bateau s'était retourné et Roucayrol et son équipier avaient attendu les secours durant 5 jours à l'intérieur du multicoque.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés. © 2018 - Agence France-Presse.
+Voir plus
Tous droits de reproduction et de représentation réservés.© 2018 - Agence France-Presse. Toutes les informations (texte, photo, vidéo, infographie fixe ou animée, contenu sonore ou multimédia) reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par la législation en vigueur sur les droits de propriété intellectuelle. Par conséquent, toute reproduction, représentation, modification, traduction, exploitation commerciale ou réutilisation de quelque manière que ce soit est interdite sans l’accord préalable écrit de l’AFP, à l’exception de l’usage non commercial personnel. L’AFP ne pourra être tenue pour responsable des retards, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus dans le domaine des informations de presse, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations. AFP et son logo sont des marques déposées.